Leaderboard


Popular Content

Showing content with the highest reputation on 08/10/2020 in all areas

  1. 8 points
    Indian Rafales practise mountain night flying for Ladakh in Himachal Pradesh The first batch of Rafale fighter jets inducted in Indian Air Force’s Golden Arrows squadron are ‘fully operational’. Updated: Aug 10, 2020 12:28 IST By Shishir Gupta, Hindustan Times New Delhi https://m.hindustantimes.com/india-news/indian-rafales-practise-mountain-night-flying-for-ladakh-in-himachal-pradesh/story-4pQA6tKKXDsgHYLyaKdq1H_amp.html
  2. 4 points
    es tu certain que les dirigeants de ces pays veulent une armée au top pour lutter contre les barbus ? d'une part, parfois, certains de ces barbus sont de leur ethnie et surtout une armée bien entrainée peut faire un coup d'état et renverser le président... et je pense que ça, c'est un frein (comme avoir une hierarchie militaire corrompue qui rackette les commerçants (je parle au niveau colonels et generaux)) : ça ne donne pas forcement envie d'aller au casse pipes au bidasse de base qui est rarement payé et jamais à l'heure.
  3. 4 points
    La politique britannique porte un nom, c'est le Commonwealth. Mais il faut cesser de penser que les anciennes colonies britanniques s'en sortent mieux que les françaises. Chaque pays a ses particularités, on ne va pas comparer le Mali avec l'Afrique du sud en faisant une généralité. La France est peut-être plus active militairement mais ça ne veut pas dire que c'est la preuve qu'il y a plus de problèmes. Vous pensez que le Zimbabwe, le Soudan, le Nigeria vont bien? Ils pourraient très bien agir contre Boko Haram, mais s'ils ne le font pas ça ne veut pas dire que le pays va bien juste par ce qu'on se laisse aveugler par la tente pétrolière. Les britanniques étaient bien intervenus au Sierra Leone il y a 20 ans, ce pays va t-il mieux économiquement et securitairement que sa voisine la Côte Côte d'ivoire ? Non, mais vu qu'on ne cherche pas vraiment à voir ses problèmes, on ne s'en préoccupe pas, la France regarde ses zones d'intérêts, on communique dessus et forcément on ne voit que cela. Allons me dire que le Nord de la Somalie est un havre de paix? Qu'au Kenya on ne connait pas le terrorisme? Que la politique en Gambie est un modèle pour son voisin sénégalais ? Faut arrêter un peu, bien souvent ce sont les africains qui aiment bien idéaliser une réussite dans les anciennes colonies britanniques pour diaboliserla Franceet ses liens avec l'Afrique, mais ils choisissent bien leurs exemples. Même l'Afrique du sud devient de plus en plus un bordel. On peut regarder du côté belge, comment que c'est la RDC et le Rwanda? L'Italie avec la Somalie (le reste), la Libye ou l'Érythrée ? Non sincèrement il y a un problème africain et en dehors de l'Afrique du Nord, dès que ça descend, c'est la merde, pas la faute à la politique ou aux interventions françaises. Certains peuvent être heureux d'avoir des ressources naturelles comme le pétrole, exploiter par et pour l'étranger, ça leur donne un semblant de développement économique, mais quand les prix dévissent, ben ils accuseront les blancs ...
  4. 4 points
    La moitié des Libanais a 31 ans et moins (âge médian 31.3 ans, soit une naissance après 1989 -fin du conflit en 1990-) et connaît ce conflit à travers des souvenirs familiaux ou divers récits de "seconde main" plus ou moins imposés et déformés par rapport à ce que ça pu être. Sans parler de l'aspect "c'était avant ma naissance, c'était moche, donc on s'en fout et on oublie". L'autre moitié a majoritairement passé son temps à essayer de survivre en comprenant de manière probablement parcellaire ou orientée (appartenance à un camps, accès à l’information, etc..) la situation, tout en essayant d'oublier ce traumatisme une fois la paix revenue. Les "taiseux" d'après conflit(s) , j'en ai connu pas mal, c'est rude de les faire parler sur ce genre de choses. J'ai eu l'occasion de discuter avec quelques libanais de factions différentes, la compréhension du conflit est souvent abyssalement opposée, avec de vastes zones blanches mémorielles. Il n'y pas eu à ma connaissance de structure (commission, académie, etc..) chargée de narrer le déroulement de cette guerre de manière globale, ce qui aide souvent après guerre à construire une mémoire commune. Et cet enjeu mémoriel a probablement un impact net sur le positionnement des camps politiques actuels avec l'aspect très sensible de cette question. Réaliser un enseignement scolaire non-partisan consisterait donc à marcher sur des œufs. Le libanais moyen n'est sans doute pas un âne, mais une compréhension complète et équilibré des tenants et aboutissants de la guerre civile dans ce cadre, quand on est déjà très occupé à survivre au temps présent, doit être "complexe" .
  5. 4 points
    Ils ont confiné ... mais chirurgicalement ... en testant massivement et en confinent les cluster des qu'ils se formaient. Accessoirement en Corée il y a la culture des anciennes pandémies et une population ultra obéissante. En gros beaucoup de masque, beaucoup d’hygiène, beaucoup de test ... beaucoup de patient isolé ... C'est un truc de fou dans un si petit pays ils ont ouvert presque instantanément 600 postes de test en plus de tout le reste du système de santé déjà en capacité de tester ... soit 20 000 test par jours. Les cas suspect sont mis directement en quarantaine ... et il y a systématiquement enquête sur les cas contact mais seulement sur des cas suspect. Enfin la capacité a monté en puissance très rapide du système de santé ... avec des hôpitaux temporaire construit en un instant ... plein de personnel dispos pour faire des heures en plus car il n'est pas sur-utilisé en temps normal etc. etc. En gros ils avaient de grosse grosse marge concernant la charge de leur système de santé. Enfin la taille du pays permet au ministère de la santé de piloter directement tout le système de soin ... sans passer par moult agence a la compétence pas forcément établi pour gérer les crise sanitaire. Dernière chose la médecine privé ... est assez fermement piloté par l'état ...
  6. 4 points
    Faut quand même pas trop déconner, j'ai un doute sur le fait que la terre soit plate : pourquoi faut-il un frein à mains pour parquer les voitures ?
  7. 3 points
    Visite de l'hôpital militaire de campagne marocain par le général en chef de l'armée libanaise Joseph Aoun. Il est installé dans le quartier de Karantita. Dans un reportage sur la télé marocaine, les membres de l'hôpital marocain indiquent un grand nombre de perforation de tympans suite au souffle de l'explosion , donc les ORL vont avoir du travail. Beaucoup d'opérations chirurgicales dues aux blessures de verres, et une assistance psychologique pour les enfants choqués par le drame. Les pays ayant déployés des hôpitaux sur place sont : Maroc, Russie, Jordanie et Qatar. L'armée de l'air marocaine à également fait le plus grand nombre de rotations aériennes entre le Maroc et le Liban pour acheminer les tonnes de matériels. 17 rotations avec avions civils et C-130, et aujourd'hui la 20 ème rotation. Un véritable pont aérien en peu de temps.
  8. 3 points
    Les défaillances françaises (penser collectif ?) suffisent largement pour que les grands groupes américains n'aient qu'à se pencher pour récolter : PHOTONIS, L'EXEMPLE DE LA DÉFAILLANCE MAJEURE DU FINANCEMENT À LA FRANÇAISE DE LA BITD (3/3) Le cas de Photonis illustre crûment la défaillance majeure du financement de la Base industrielle et technologique de défense (BITD) française. "Il apparaît que le problème principal que soulève la situation de cette pépite technologique n'est pas un risque de prédation par un acheteur étranger, mais surtout l'incapacité de l'économie française de proposer à cette entreprise un financement français de son développement" https://www.societe.com/actualites/photonis_l_exemple_de_la_defaillance_majeure_du_financement_a_la_francaise_de_la_bitd_3_3-46252.html
  9. 3 points
    La leçon a été apprise durement ... et la réponse est non.
  10. 3 points
    Loukachenko élu avec 99% des votes, les autorités demandent à l'opposition de rester calme, que le résultat doit être affiné, il pourrait descendre jusqu'à 98% selon certaines sources sérieuses désireuses de garder l'anonymat.
  11. 3 points
    Merci du tip ça fonctionne nickel! Pour la peine et parce que j'aime être mesquin, voilà le .pdf ré-exporté en non protégé pour que n'importe qui puisse piocher dedans et faire du copier-coller. C'est un document de 2018 mais il est intéressant parce que confirmant certaines pistes entreprises au début du FCAS franco-allemand. Source originale (protégé contre la copie) https://www.ifri.org/sites/default/files/atoms/files/noel_paglia_tenenbaum_armees_menaces_2018.pdf Fichier réexporté (non protégé contre la copie) https://www.mediafire.com/file/gufjg25lreqvq5e/noel_paglia_tenenbaum_armees_menaces_2018.pdf/file *** So, @DrSomnath999 here is the DeepL translate of the parts you wanted, with a few corrections here and there. I added some cross-translations for acronyms to make the whole thing easier to understand. After a bit of proof-reading, the text should make some sense at least (you can never be sure I've been told I wasn't capable of translating english recently, so I'm extra cautious now ). What impact for France? Limitations of the French SEAD model Like the White Papers on Defence and National Security of 2008 and 2013, the 2017 Strategic Review reaffirmed France's ambition to have the capacity to "go in first", i.e. to "penetrate these disputed areas and reduce the threat level in order to conduct military operations". In order to achieve this, it is imperative to upgrade capabilities for the reduction, neutralisation or destruction of enemy air defences (SEADs), a field that has been largely disinvested by France and its European partners since the end of the cold war, leading to major capability shortfalls. With the withdrawal of the AS-37 Martel from service in 1999, France no longer has any resources dedicated to SEAD. This loss of dedicated assets does not mean that the French Air Force is today unable to carry out such missions. A relatively original model based on a combination of survivability, precision strikes and tactical manoeuvres has enabled the French forces to ensure a form of "poor man's SEAD" that is sometimes innovative but whose sustainability in the face of a changing environment is open to doubt. The absence of anti-radar means and offensive jamming does not leave the pilot completely helpless in the face of ground-to-air defence. Low altitude flights, below the minimum threshold of the engagement radar and the use of terrain masks are usual methods that allow missions to be carried out within the theoretical envelope of a ground-to-air defence that would be devoid of air surveillance aircraft. Similarly, diversionary tactics exist to reduce the predictability of raid trajectories. Finally, signals intelligence allows the threat to be nuanced by indicating the inactivity of a ground-to-air system. During the operation in Libya, the French forces (combat aircraft and helicopters) thus sometimes decided to operate close to enemy ground-to-air systems considered inactive with regard to the Electronic Order of Battle (OdBE), a risk that their American counterparts would have refused to take. However, this risk-taking quickly reaches its limits when faced with integrated and multi-layered systems that make evasive manoeuvres extremely risky. The recent case of the destruction of an Israeli F-16I is an illustration: caught in the chase by 27 ground-to-air missiles fired by the Syrian air defence (SA-3, SA-5, SA-17), the crew chose to continue its mission, wrongly judging that it could avoid the threat. The propensity of the French model to take risks is partly reinforced by the attention paid to survivability. The latter is now based on the advanced measures of the Système de Protection et d'Évitement des Conduite de Tir du Rafale (SPECTRA). The electronic suite developed by Thales and MBDA operates on a combination of multispectral detectors (radar, laser and infrared) and countermeasures (defensive jammers with a wide active antenna, modular decoy launchers and intelligent Spiral chaff launchers). The ability of SPECTRA to ensure the survivability of the Rafale in the face of an advanced ground-to-air threat was debated. Indeed, while the echoes of exercises MACE XIII (2012) and MACE XIX (2018), which took place in Slovakia and during which the fighter and experimental squadrons (FETS) and electronic warfare programming and training squadrons (EPIGE) were able to rub shoulders with an S-300P (SA-10), seem to reveal the Rafale's good performance, caution is called for. First of all, the Slovakian SA-10 is a fairly old version that is not equivalent to an SA-20 or SA-21 such as those deployed by Russia in Syria or the Crimea. It should also be borne in mind that in joint exercises participants are often reluctant to show the full performance of their systems. In any case, it remains clear that despite its qualities SPECTRA is not intended to be an instrument for penetrating a sophisticated ADSL envelope and cannot offer a sustainable SEAD solution. In addition to self-protection, the French model has precision strike capabilities that allow, in the absence of SEAD, the destruction of air defence sites (DEAD). The most appropriate means of doing so, given its range, is the SCALP-EG cruise missile and its navalised version, the MdCN. Both, however, suffer from extremely small stocks which make it impossible to envisage an autonomous "first entry". Of the 500 SCALP-EGs ordered in the 2000s, only 250 are concerned by the mid-life refurbishment, suggesting that by 2025 there will be an extremely limited stock of ammunition for use against a SDAI (typically the 200 or so Tomahawks fired by the Americans in the first 24 hours of Operation Odyssey Dawn in Libya). This weakness would be partly compensated qualitatively by the superior accuracy of the SCALP-EG, which allows a smaller number of missiles to be fired at each target than the Tomahawk. Finally, the non-renovation of half of the SCALP-EG stock should be partly compensated for by the gradual arrival of the 200 billion CNN which finally came to equip the FREMM (with a baptism of fire in April 2018 off the coast of Syria) and should soon join the Suffren class SNAs. Finally, it should be recalled that cruise missiles are not the only precision strike means available to the French forces to deal with the ground-to-air threat. In particular, the Libyan experience has demonstrated the effectiveness of modular air-to-ground weaponry (AASM) against relatively old systems (SA-3 and SA-8). The latter is particularly effective when combined with SPECTRA, which detects, triangulates and refines the coordinates of the threat before transmitting them to the optronic front sector (OSF), which can guide the strike discreetly without switching on the RBE2 radar. Again, however, one must be careful not to conclude that this mode of action is feasible in the face of high-performance ADSI. The extension of the AASM is thus 70 km at high altitude and up to 20 km at low altitude, which would imply, depending on the flight profile, entering the SAM envelope - even when faced with short- or medium-range systems if we consider the most recent models (SA-17, SA-22, HQ-16, etc.). This brief table of French capabilities to deal with opposing surface-to-air defences shows that our armies are far from having a range of means guaranteeing them strategic autonomy for first-entry operations, even against a "second-tier" adversary with a relatively solid SDAI. The consequences of this capability shortfall are increased dependence on American assets, which could one day prove problematic as transatlantic disagreements multiply and the ground-to-air threat spreads to theatres where France used to act autonomously. In operational terms, failure to confront anti-aircraft threats would have dire consequences, obviously for air, naval and air combat forces, but also for all surface units, naval or land. Having long taken Western air superiority for granted, Western air forces have since adopted modes of action and even force models that make them largely dependent on it. Whether it be intelligence and surveillance missions, support for strategic (inter-theatre) or even tactical (intra-theatre) mobility, tactical communications, fire support and health support, naval and land forces are today structurally threatened by the modernisation and spread of surface-to-air systems. *** Air Force The air forces are logically the most directly concerned by the surface-to-air threat. With a view to increasing and sustaining the ability to enter first, it will be important to upgrade air superiority missions in general, and SEAD in particular, which should be at the forefront of the capabilities of the Future Air Combat System (FCAS). In this context, the development of a reduced SER combat UAV combining advanced manoeuvrability and data link capabilities should play a role in the penetration of high-performance SDAI. Such a system could have the function of acquiring targets within the surface-to-air threat envelope, retransmitting them to manned platforms at a safe distance. Another option would be to turn it into a fully-fledged strike system capable of carrying a sufficient quantity of ammunition in the hold. Before such a system is available, other more or less long-term steps can be taken by the air force. One of the first qualities of an air force is its level of training for a given type of mission or threat. However, even before mentioning the material shortcomings of SEAD, it has to be said that training in a degraded ground-to-air environment does not seem to be satisfactory within the French air force. The Franco-German Electronic Warfare Range (PGE) specifically dedicated to this type of mission is only equipped with a SA-8 system and SA-6 and ZSU 23/4 simulators, three threats that are now largely outdated. The disbanding in 2014 of the 48.530 Electronic Warfare Squadron, which was contributing to the PGE, was not good news in this respect. While a renovation of the PGE seems to have been initiated recently with a modest budget of $16 million from NATO funds, it would be appropriate to continue it with a view, for example, to acquiring certain Chinese or Russian ground-to-air systems from third countries, thereby using threat dissemination for the benefit of force preparation. In the longer term, the identification of a new training area (in mainland France or elsewhere) with dimensions large enough to accommodate real or simulated long-range systems would be a real added value for force preparation. Such a facility would have to be adapted to the organisation of large-scale complex (possibly combined) exercises to simulate a first-entry operation involving a number of different types of aircraft. Another key factor in the success of a mission to reduce ground-to-air defences is the availability of high-quality electronic intelligence (EOD) enabling a complete OdBE (Ordre de Bataille Electronique) of potential adversaries to be established in advance of an operation and the libraries of combat aircraft self-protection systems to be kept up to date. In this respect, the acquisition planned by the LPM of three strategic reconnaissance aircraft equipped with a universal electronic warfare charge (CUGE) must be top priorities for the French Air Force with a view to replacing the Gabriel C-160 Transall C-160s and the ASTAC pods adapted in 2016 for the Mirage 2000Ds. Similarly, the adaptation of a ROEM payload on Reaper and, eventually, on the EuroDrone MALE seems entirely appropriate, as the persistence of UAVs makes them particularly well suited to this collection function. The acquisition of a HALE UAV system could in this respect prove very useful for a strategic intelligence gathering capability at a safe distance. Once the operation is triggered, the need for ISR, not only radar but across the entire electromagnetic spectrum, will be even greater. It is thus estimated that the need for ISR is three times greater in the case of a first entry operation (30% versus 10% for operations in a more permissive environment). In addition to the strategic and tactical ROEM (Renseignement d'Origine Electro-Magnétique, SIGINT in english, SIGnal INTelligence) assets already mentioned, the implementation of SAR/GMTI sensors to detect dynamic targets are critical capabilities in the face of an increasingly mobile surface-to-air threat. Here again, UAVs should prove to be suitable platforms for carrying out these dangerous missions in a contested environment. Once the force has been trained and the information collected, the means must be available to strike surface-to-air systems. As described above, the French Air Force has several means at its disposal in this respect that should be modernised to meet France's stated ambition of a first-in-first-out capability. The revival of the production of the renovated SCALP-EG appears in this respect to be the most important point and probably the easiest to implement given the existence of the technology. As a second step, other measures can be taken, particularly in the face of the modernisation of short- and medium-range threats (SA-17, SA-22), consisting of further increasing the length of the AASM in order to sustain the DEAD capacity. In the longer term, research on hypervelocity, already initiated in the context of the renovation of the nuclear deterrent, should be continued and accelerated. The development and acquisition, even in small numbers, of hypersonic missiles should then profoundly call into question the dangerousness of ground-to-air interceptors. Finally, it would be legitimate to explore the advisability of developing an anti-radar missile, possibly based on existing armaments, such as the Meteor air-to-air missile, whose range, terminal guidance system and interoperability already correspond in part to the need. Another area to be explored for the air force concerns electronic attack means. While multiple PEA (Plan d'Étude Amont, or "upstream study plan") have been launched several times in the past with a view to developing an offensive jamming pod on Rafale, none of them have led to equipment programmes. In view of the know-how of French manufacturers in this area, and capitalising on the encouraging results of SPECTRA in terms of self-protection and the potential of the AESA RBE2, it would seem appropriate to look into such an opportunity, possibly jointly with European partners. Finally, the FCAS development framework should imperatively include a reflection on the acquisition of a saturation capacity for surface-to-air defences, in particular through the use of unmanned platforms. The aim here would be to regain a numerical advantage that the current balance between the small fleets of combat aircraft and munitions on the one hand and SAM systems on the other no longer allows. This approach would be based, among other things, on the use of air-launched mini-UAVs operating in collaboration with manned aircraft or in swarms from "mother ships" outside the SDAI bubble. The challenge is to maintain the UAV at a reasonable cost while providing it with sufficient capabilities (range, autonomous guidance, various types of decoy, GE or explosive payloads), which argues in favour of modular devices. These concepts, which have already inspired experiments such as DARPA's Gremlins, should be a source of inspiration for SCAF. In the shorter term, France could consider the off-the-shelf purchase of a fleet of ADM-160 MALDs. These consumable UAVs benefit from a SER augmentation system to simulate a fighter or bomber squadron in attack formation. Developed by Raytheon and ordered in more than 3,000 units by the US Air Force, this device would make it possible to saturate the radars, thus acting as a "smoke screen", or even exhaust enemy missile stocks. *** Hope you will enjoy! Cheers.
  12. 2 points
    C'est bien gentil que la France aide, mes les pays de la région comme le Maroc ils font quoi ? C'est juste une perche pour Punisher.
  13. 2 points
    Le coût n'est pas énorme, nous sommes loin d'un conflit financierement usant comme pouvait l'être le conflit irakien pour les américains, On donne 10 fois plus dans l'aide au développement chaque année qu'à nos opex. De plus, quoi qu'on en pense la plupart de cet argent reste dans la poche des français que ce soit les personnels militaires ou via les industriels et autres. C'est aussi un bon terrain nécessaire pour amener de l'expérience aux hommes, pour révéler des manques ou des problèmes au niveau des matériels qu'on pourra combler pour ne pas se faire surprendre ultérieurement dans une opération plus importante. La politique de la France Afrique n'a rien à voir. Nous sommes face à une menace terroriste et non à la défense de politiciens contre leurs opposants, il ne faut pas tout confondre et mélanger juste par rejet de l'interventionnisme français. Si on se retire, c'est la merde, les locaux ne s'en sortiront pas et s'il faut encore expliquer aujourd'hui que le terrorisme n'a pas de frontière, c'est qu'il y a un problème. On a vu hier 6 français se faire tuer, croyez vous que ça s'arrêtera si nous partons? Que c'est nous qui empêchons l'émergence capacitaire des armées locales? Il faut voir la réalité et le monde comme ils sont et non pas rêver d'un monde imaginaire ou tout irait bien. J'aimerai bien faire un bonhomme de neige , ma femme me dit non ça ne sert à rien il fait 40 degré et il n'y pas de neige, j'ai beau insister, j'ai beau dire que si je ne peux pas en faire un c'est la faute de ma femme, sauf que non, elle a raison, il n'y a ni la neige ni la température pour espérer en avoir. Les africains c'est pareil, ils critiquent la France en pensant que c'est elle la responsable de tout, ils pensent pouvoir tout faire seul, se laissant emporter à faire passer leur armée nationale comme excellente, mais ils sont à la ramasse. Souvenons nous au lendemain de notre arrivée au Mali, le plan était simple, nous retirer au plus vite, par l'arrivée des casques bleus et la formation de l'armée malienne avec l'aide des européens. Même pas un an après, des officiers maliens recevant nos moyens et les hommes qu'on a formé se sont laissés emporter par leurs émotions et sont allés, seul, sans concertation avec nous, reprendre Kidal, Ilsse sont pris une branlée par le MNLA, ces touaregs qui 2 ans avant s'étaient fait totalement dépassés par les GAT. C'est nous qui avons bloqués leur avancée, Gao, Tombouctou et bien d'autres étaient des villes ouvertes aux touaregs. Que dire ensuite de ces maliens qui pensent tout savoir derrière un écran et accusent en permanence la France d'empêcher l'armée malienne d'aller reprendre le Nord? Qui disent qu'on est en train de piller leur désert de cailloux ? Ils sont déconnectés de la réalité, ils n'ont pas conscience de ce qui se passerait sans nous.
  14. 2 points
    On peut pas dire que RT france soit anti-français par contre ils adorent prendre le contre-pieds des versions officielles même quand c'est ridicule de déni et surtout quand ça arrange le kremlin.
  15. 2 points
    On ne fait pas ça dans une démocratie ou un État de droit. Point. Mais la Chine n'étant ni l'un ni l'autre...
  16. 2 points
    C'est ce qui est fait depuis le début de Barkhane. Mais les forces locales partent des très loin et c'est pas demain qu'on va pouvoir leur donner les clefs. Concernant mon premier message, il y avait bien un effet de tenaille, le but étant de détruire leur sanctuaire dans les 3 frontières. Et même si la zone à contrôler semble énorme, les routes praticables ne sont pas si nombreuses et peuvent être facilement surveillées. Certes ils peuvent passer au travers, mais cela suppose d'abandonner matériel et armement, donc réduire leur capacité de nuisance à court/moyen terme.
  17. 2 points
    ... c'est surtout le petit nom amical donné aux "touristes" qui connaissent peu notre région alpine (d'usage en Hte Savoie surtout)
  18. 2 points
    J'ai un problème avec ce que tu annonces : même franchir barkhane en mobylette est assez simple : tu démontes ton AK et tu voyages seul ou à 2 ou 3. Barkhane ne peux pas contrôler tout les types qui se baladent à moto. Aucun soutien dans le sud du Niger, Je ne dirai pas cela. Le fait que l'on parle de la zone des 3 frontières (mali/Niger/Burkina) laisse furieusement penser qu ils ont du soutien dans le coin. Et de Niamey à la frontière malienne tu as 250km par le RN1 (qui n'est pas dégueulasse comme route). Une distance assez courte pour aller s'approvisionner tranquillement. De plus les GAT ont un mode d'action à très faible empreinte logistique. Ce qu'il leur faut c'est juste une zone refuge pour attendre. Rien ne laisse penser qu ils sont prêt à disparaître. Le CEMA ou CEMAT (je sais plus) a dit il y à peu que le body count ne servait à rien. J'ai peur que recruter dans ces coins la soit assez simple. Je n'ai pas la même analyse que toi concernant le fait de faire des dégâts avant de mourir. Je pense surtout que la dernière tentative d'otage (Burkina) leur a fait comprendre que prendre des otages n'était pas forcément une solution d'avenir. Ou alors il s'agissait d'un crime d'opportunité et qu il n'avait pas moyen de les transporter.
  19. 2 points
    Surtout, si ils sont si essentiels à des activités hyper-stratégique, pourquoi même envisager de vendre? Et s'il faut du financement, on entend dire que la France emprunte à taux négatifs sur les marchés... Donc bon. Les laboratoires Sandia sont à vendre? Les skunk works de Lockheed Martin sont à vendre? Northrop Grumman sont à vendre? Microsoft est à vendre? J'ai pas l'impression. Donc mettre des clauses type "french eyes only" et pas de licenciements (pendant 5 ans, après c'est moins sûr, et à ce moment que deviennent les activités stratégiques?) c'est très bien, mais les US n'en auront rien à faire ils espionneront encore plus qu'avant, et ils nous ont habitué à leurs méthodes de patrons voyous ces dernières années à venir "investir" en France pour se barrer avec la caisse. Ça ressemble donc bel et bien à une opération paperclip. Ou au débauchage de scientifiques soviétiques à la fin de la guerre froide. Ils ont la trouille de ce que la France pourrait accomplir si elle portait ses gonades et avait un projet national intégré, c'est certain. Mais contrairement à d'autres cas où ils ont proposé des alliances, des partenariats (n'oublions pas que CFM entre autres a été créé pour remercier la France après l'affaire Farewell) ici il s'agit de vassalisation pure et simple. Je ne comprends toujours pas pourquoi Thalès n'a pas racheté Photonis.
  20. 2 points
    Pour le principe des drones accompagnateur on a pour le moment aucune idée des différentes tailles et roles ... la seul chose que la DGA a demandé ce sont des "démonstrateurs" aux industriel pour savoir ce qu'ils ont sous le coude ... ... mais ce que propose les industriel - en gros ce qu'ils ont déjà dans leur carton - n'est pas forcément la panacée ... ni meme adapté aux guerres qu'on souhaite mener. C'est en ca que le probleme va vite se poser avec les allemands ... je ne suis pas sur que leur conception des chose, notre conception de chose, la conception des choses des industriels soient forcément aligné ...
  21. 2 points
    Alors . Faut il se plaindre qu une fois de plus on vends des bijoux de famille , Ou que de toute facon pas rentable , alors autant se faire du pognon vite fais... J avoue, j ai vraiment du mal a me faire une idée sur ce genre de sujet . Si ils sont si bon ..pourquoi vendre ?!
  22. 2 points
    Parce que pour l'instant c'est de la branlette sur des slides ... ... pour le moment on a aucune idée de ce que pourrait être des engins autonome embarqué ... a par des sorte de missile de croisière a charge modulaire. Et donc les opérationnels par défaut partent de ce qu'il savent pour définir le besoin d'un porte avion ... pas de ce qu'il savent pas. Et accessoirement un porte avion ... c'est pas un porte missile de croisière un peu amélioré ... c'est dimensionné avant tout pas les avion ... --- Par exemple qu'est ce qui te garantie que les drone de combat fullsize puisse décoller et atterrir sans catapulte? Je comprends pas bien ... si c'est comme un avion mais sans pilote ... ça décollera comme un avion ... le pilote n'est pour rien dans cette équation. Même punition pour le stockage ... si l'appareil est presque aussi gros qu'un chasseur et demande presque le même entretien ... le coller sur un ro-ro c'est mort.
  23. 2 points
    Je te remercie Kiri, car Kiri a une mission dans la vie, mission d'une haute importance, trouver par n'importe qu'elle moyens un prétexte a nous montré de la meuf !!! Merci Kiri !!! Sans toi le monde serait plus fade !!! PS : pour info hier Loukachenko s'attendait a quelques choses, parce que le périphérique de Minsk était complètement fermé, tenu par des militaires.
  24. 2 points
    The video is in Hindi language Zist of the video -talks about various radars of s400 and it's jam proof capability and detection range - mountain terrains will inhibit line of sight for s400 radar detection against rafale in Himalayan region of ladakh - elint role can be done by sending UAVs or through satellite. - samyukta ground electronic warfare system with rafale low flying terrain hugging capabilities and spectra active cancellation tech will be useful in s400 sead operations after updating it threat library system with elint data recorded from UAVs and satellites. -even if detected it can use xgaurd towed decoys to dodge missiles -long range anti radiation missile plus in future hypersonic /supersonic cruise missile will be used for sead role. -tells also about Israeli jammer on su 30 mki to jam its radar and use brahmos to destroy it and but degrades it's role to be risky as non stealthy Lack of low flying capability in hilly areas unlike rafale. P.S one thing one should remember AWACS can somewhat compensate the line of sight issue in mountain region if not full.though will have reduced detection range as close terrain hugging feature in mountain region will inhibit line of sight for any radar either air borne or ground CHEERS
  25. 2 points
    Elle doit prendre l'échelle avec ses sacs de bulletins pour esquiver les observateurs indépendants qui stationnent dans le hall d'entrée.
  26. 2 points
    Pour Chypre, il faut rappeler le traité de garantie de 1960 , royaume uni Grèce et Turquie , qui autorise chacun des signataires à intervenir militairement pour restaurer l’equilibre constitutionnel si celui ci venait à être menacé, c’est ce qui s’est passé avec le coup d’etat du 15 juillet 74 et la tentative d’enosis, l’union avec la Grèce. de jure , l’intervention turque était justifiée, mais une fois la république et la constitution rétablit, les militaires turcs auraient dû plier bagages, quant à la colonisation elle est totalement illégale, tout comme l’etat fantoche crée à la suite la seule base de travail, est à mon sens la constitution de 1960 et le traité de garantie avec rapatriement des colons Anatoliens
  27. 2 points
    Dès que les Saoudiens font un truc, ça foire lamentablement. Ils ont dû faire un truc très sale collectivement dans une autre vie pour que le karma se venge à ce point.
  28. 2 points
    qu'il y ai des personne en 1974 a Chypre qui étaient turcophones et donc quasiment Turques, c'est indiscutable en quoi cela donne le droit a la Turquie d'envahir le pays ? Que diriont nous si demain l'Algérie décrété simplement que barbesse bas en faite c'est l'Algérie parce que il y a plein de descendant algériens ? Que la Turquie organise l'arrivé de turc pour prendre possession de la terre, cela s'appelle de la colonisation... 1 200 000 Chypriote contre 300 000 turcophone, dont 120 000 Turcs venant d'Anatolie depuis 1974. Moi je veux bien que l'on sois concilient... Mais faudrait pas pousser non plus, c'est une invasion. Les autochtones turcophone ne représente même pas 15% du total de la population, et faudrait leurs donnés 50 % de l'état fédéral ? Ce n'est clairement pas sérieux. A un moment faut savoir dire stop a la connerie...
  29. 2 points
    La rationalité d'Israël attaqué par tous mise en parallèle avec l'irrationalité de l'Iran... L'iran... Ah oui ce pays qui vivait peinard neutre jusqu'à ce que les Américains (et les Anglais) renversent le gouvernement démocratique pour mettre en place un gouvernement fantoche sanguinaire ? Et quand le pays a fait sa révolution (avec débordements) a subit quelques coups fourrés americain, avant de se prendre en pleine poire une attaque iraquienne avec adm (chimiques) soutenue par l'occident ? Ce pays qui vit sous sanctions américaines depuis 50 ans juste parce que ? Où un président americain peut se permettre de déchirer des accords de paix juste parce que ça lui chante, avant de menacer tout le monde de sanctions si tout le monde ne le suit pas ? Ce serait pas aussi le pays où des civils se font assassiner par des services secrets etrangers, des avec une ou plusieurs étoiles ? d'ailleurs les batiments non plus ne sont pas épargnés... Ni les programmes civils (et oui, qui maitrise le nucleaire civil maitrise le nucléaire militaire, qui maitrise le spatial maiyrise les missiles transcontinentaux, qui maitrise les brochettes de moutons maitrise aussi les rations de combats... Tout se suit)... Et alors on va où ? Bah si on exclut toute idée de solidarité face à " l'injustice" (je mets des guillemets parce que c'est ce mot est le leur) vécue par les peuple palestinien, il reste que l'ennemi americain est loin, alors que les proxy locaux, c'est à une portée de scud... Si je devais donner mon avis éclairé, que les americains arretent de faire chier les iraniens et ce serait déjà un petit pas vers la paix et la stabilité de la region (malheureusement pas une stabilité voulue par eux). Dans un second temps, qu'ils arrêtent de soutenir aveuglément israel, ce qui forcerait ce pays à essayer de s'intégrer dans le tissus régional qui est le sien.
  30. 2 points
    http://www.opex360.com/2020/08/06/optronique-le-rachat-du-francais-photonis-par-lamericain-teledyne-se-precise-mais-sous-conditions/
  31. 2 points
    Il a bien dit 8-18h c'était pas 8-16h avant ?
  32. 2 points
    pas trouvé d'autre fil sur les black hawk. en voila un drole d'oiseau: https://www.thedrive.com/the-war-zone/35342/this-is-the-first-image-ever-of-a-stealthy-black-hawk-helicopter
  33. 1 point
    Concernant l'interruption de son point de presse, c'est parce que le Secret Service est intervenu pour neutraliser un gars armée devant la maison blanche. Il y a juste eu application de la procédure de mise à l'abri de Potus
  34. 1 point
  35. 1 point
    On peut même envisager de le faire au niveau européen. On appelerait ça European Union Training Mission - Mali
  36. 1 point
    Il réfléchissent sur quelles bases ... parce que pour le moment absolument rien n'est arrêté concernant le "système" ... ni même si le programme va vraiment débuter. Et si tu regarde le Loyal Wingman de Boeing ... le machin est aussi gros qu'un Mirage 2000 ... ça ne révolutionnerait pas l'organisation à bord d'un porte avion ...
  37. 1 point
    Un aspect souvent ignoré dans les comparaisons est la souche de virus dominante dans chaque pays. A ce stade plusieurs souches a été clairement identifiées, elles n'ont pas touchées uniformément les pays. A ce stade, impossible de dire si elles sont vraiment d'un impact équivalent, tant au niveau gravité qu'au niveau contagiosité.
  38. 1 point
    En fait il s'agissait du BUREAU VERITAS civil (règlement édition 97 et mises à jour) pour la coque applicables aux navires de plus de 65 m ; avia , soute à munitions , intégration système de combat aux normes mili DGA ou DCNS , de mémoire à la signature du contrat BPC le BV mili n'était pas encore bouclé . en complément illustré Ceci étant dit ces navires ont été construits dans un cadre budgétaire très très serré , ils ont été remarquablement réussis dans ce cadre là .
  39. 1 point
    Il faut bien différencier les prototypes qui servaient à donner un visuel à échelle 1:1 et le produit final. En effet aujourd'hui le Griffon est plat sur les côtés , ce sont les modèles qui sont livrés qui sont à prendre en exemple même s'ils n'échapperont pas à des corrections, leur forme restera. Oublions donc les modèles d'exposition. Ce qui coince encore en ce moment par rapportaux premières livraisons , ce sont les tourelles définitives et les kits. Il y aura des kits de surblindage qui comprendront comme ici des plaques en céramiques mais aussi de filet anti RPG. Les premiers VBMR qui partiront au Mali dans un an devront être complet, avec tous leurs éléments, car au-delà du symbole, ce déploiement aura aussi vocation à éprouver la bête, le but est d'en débusquer tous les problèmes pour apporter les modifications nécessaires. Car il y en aura, comme il y en a déjà sur les premiers sortis d'usines, c'est normal, notre intérêt c'est qu'on peut aussi transposer cela directement sur la production. Le véhicule va donc faire un tour précurseur terrain chaud qui aura pour but de vérifier qu'il n'y a pas de gros problème pour accomplir la mission et remettre en question un premier déploiement opérationnel qui verrait tous les véhicules inaptes. Il est également prévu une utilisation en zone froide.
  40. 1 point
    Enfin, quand même, qui aurait pu prévoir que les états unis s'en sortiraient aussi mal face à cette épidémie.
  41. 1 point
    Raaaaaaaaaaaah ! Pas la peine de s'autoflageller pour ça Regarde moi : je suis la reine des langues de putes, et je le vis très bien ! Zéro culpabilité.
  42. 1 point
    Les colons ne sont pas tous les turcophones de l'île, mais les citoyens de la république turque envoyée sur l'île après 1974 pour occuper le terrain abandonné par les hellenophones chassés de chez eux par l'armée turque.
  43. 1 point
    Mouais. C'est vrai que le Rafale a du soutien de pas mal de pays sur le web (Inde etc...) Par contre je ne suis pas sur que cela soit vrai venant de la sphere anglo saxonne. Moi j'entend souvent que le PESA est meilleur avec un plus grande portee et un angle de detection plus large. Peut etre je me trompe. Mais attends que le Typhon soit equipe du 1er AESA, et puis le son de cloche va vite changer. Par ex le radar AESA est bien plus performant que le vieux radar du Rafale. Avec sa "swashplate" et sa portee au moins double du Rafale, le nez plus gros de Typhons donc plus de modules TR, blah blah blah c'est un "game changer" et que Praetorian fait du active cancelation 10x mieux que Spectra Apres j'irai prepare du popcorn en attendant que les fanboys Typhoon se mettent sur la gueule comme a priori il y plusieurs AESA sur les Typhons - les allemands avec leur Hensoldt, les Italiens avec Leonardo et le anglais avec le Radar 2 qui sera encore mieux car ils ont refuse les autres versions car inferieures, dailleurs il sera encore mieux que celui du F35 car les anglais sont partenaire priviliege et donc "in the know" sur le F35 avec leur 15% sur chaque vente de F35 bla blah blah evidemment pas de F136 et ils n'ont toujours pas acces au source code chose reserve a Israel, mais chut on fait semblant de n'avoir rien entendu et on chante au haut et fort God save the Queen et long live Britannia Connaissant le MoD et le ministere des finances, le Typhoon sera "fitted for Aesa mais pas equipe" un peu comme le reste de leur armee.
  44. 1 point
    Peut-être, mais c'est lui le plus beau !
  45. 1 point
    Planter? Je vois pas comment, j'utilise Linux... All hail the penguin!
  46. 1 point
    Allez, imaginons que tu te fasses construire une maison neuve. Mais à cause de la "culture parlementaire" de ta famille, ta femmes, tes enfants, ta belle-mère et toi avez un droit de véto sur chaque achat et vous insistez pour que les parpaings soient achetés individuellement un par un à votre beau-frère parce qu'il a besoin d'un boulot mais qu'il est pas très doué ni très rapide. Au bout de combien de temps pourrez-vous emmenager ? C'est de la merde et on ferait mieux de jeter l'éponge s'ils insistent pour que les recettes moisies et génératrice d'explosion de budget soient suivies. Ils peuvent ensuite faire leur propre avions eux-même, en appliquant leur culture parlementaire bidon où il faut que chaque boulon soit approuvé par le Bundestag si ça les amuse. En plus leur culture parlementaire a bon dos parce que quand il s'agit d'imposer une feuille de route ultra-technocratique sans aucun droit de regard ou d'amendement pour les parlementaires à un pays endetté, l'Allemagne est toujours en tête. Cf. la Grèce. Non, ce n'est pas une culture parlementaire différente, c'est juste une arnaque.
  47. 1 point
    Certes, les Allemands se foutent assez largement de la bombe. En revanche, une partie de la scène politique, et notamment au sein de la CDU/CSU chez qui ont est plus atlantistes, craint de voir les liens en matière de défense entre les USA et l'Allemagne se distendre si jamais l'abandon de la bombe était acté.
  48. 1 point
    Je ne crois pas avoir vu le lien vers le rapport des sénateurs, alors le voici : http://www.senat.fr/rap/r19-642/r19-642.html (version html ) Le même rapport sous forme pdf : http://www.senat.fr/rap/r19-642/r19-6421.pdf (96 pages) C'est toujours mieux de se fournir à la source, on sait que les journalistes ne brillent pas toujours pas la pertinence de leurs articles J'ai moi-même profité de ma pause déjeuner pour y jeter rapidement un œil, ce qui a attiré mon attention sur 2-3 points : - p. 23, la nécessaire "désITARisation". Selon les sénateurs "Cette problématique est également partagée par l’Allemagne et l’Espagne." Espérons ... - p.65 & au delà, le problème de l'exportabilité et des réticences morales allemandes sur le sujet. Les auteurs mentionnent un accord juridiquement contraignant, imposant l'exportabilité par défaut avec en cas de problème l'obligation pour le pays réticent de proposer solutions. Cela vaudrait tant pour le SCAF que pour le char du futur. - p.77 & au delà : le cas du Tempest. Le rapport estime froidement que "la coopération avec la Suède et l’Italie sur le Tempest paraît beaucoup moins développée à ce stade que ne l’est la coopération franco-germano-espagnole sur le SCAF." On était quelques uns sur ce forum à le penser, mais ça fait plaisir d'obtenir confirmation.
  49. 1 point
    Je n'en serais pas aussi sûr que toi. D'autant plus que les vols d’État ne sont pas concernés par ça. Je pense que si, pour une raison ou une autre, on en arrivais à de telles solutions, il faudra surtout pas que tu oublies d'imposer à l’État tes services de consultant expert en gestion de crise, et de leur faire remarquer qu'ils font des erreurs de stratégie ^^ Petite BD pour détendre l'atmosphère :)
  50. 1 point
    Par rétro ingénierie, une étude retrouve les mots clés censurés en Chine pendant la crise du coronavirus (sur Wechat, et YY, 2 plate-formes de communication populaires). C'était du 1er au 15/01/2020, la période peu glorieuse, où l'épidémie était déclarée à l'OMS... mais où la discussion était censurée en Chine ( ce qui a valu une réprimande au poste de police pour le médecin lanceur d'alerte, décédé depuis). https://www.20minutes.fr/high-tech/2732659-20200304-la-chine-censure-des-messages-de-ses-citoyens-sur-le-coronavirus https://www.bbc.com/news/world-asia-china-51732042 Rapport technique détaillé https://citizenlab.ca/2020/03/censored-contagion-how-information-on-the-coronavirus-is-managed-on-chinese-social-media/ Note : le géant chinois de la recherche, Baidu propose des API permettant aussi de voir si un site / contenu sera bloqué en Chine https://www.theverge.com/2017/12/11/16762060/baidu-japan-great-firewall-censorship-china https://lxr.co.jp/report/