Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Leaderboard

Popular Content

Showing content with the highest reputation on 01/14/2024 in all areas

  1. Certes mais le mari était très largement consentant. Du reste, on ne l'entend pas véritablement se plaindre alors que chaque jour qui passe met les défauts de la mariée dans une lumière de plus en plus crue, et qu'il n'a même pas encore aperçu la belle-mère. Attends un peu quand la note du traiteur va arriver.
    6 points
  2. Sauf erreur de ma part, Trump était président au moment de la pandémie. Bonne ou mauvaise, la gestion de cette période lui incombait.
    4 points
  3. Un fil très intéressant sur la posture de la Russie dans l'hypothèse d'un affrontement avec l'OTAN, et un rappel utile que les approches n'ont pas changé depuis l'époque soviétique et qu'elles nous enseignent surtout qu'il ne faut s'attendre à la survenance d'un affrontement dans les conditions auxquelles on se les figurerait à leur place, un biais d'analyse fréquent et qui a causé des ravages chez les Européens et chez nous en France en particulier, au début du conflit. Et plusieurs rappels très importants sur les doctrines Russes en vigueur: - L'escalade contrôlée et la délivrance de puissants coups porté pour mieux désescalader et sanctuariser. Ce type d'approche suppose que les coups portés réussissent, ce qui est un pari en soit. Mais elle présente l'énorme avantage qu'il n'est nul besoin d'avoir la supériorité conventionnelle entre les armées engagées ou engageables depuis le fin fond de la Sibérie ou de la Sierra Espagnole: seule une supériorité locale dans le temps et l'espace est nécessaire. - ce qui implique donc qu'un conflit avec l'OTAN ne serait pas un affrontement d'une somme de puissances militaires dont la valeur supérieure déterminerait la victoire, mais un affrontement des déterminations et des volontés. Inutile donc d'attendre d'obtenir à nouveau une supériorité conventionnelle avec la reconstruction de l'armée Russe, un replâtrage suffirait, avec en outre les effets d'expérience et d'apprentissage. Les services de renseignement étant ensuite chargés d'introduire la discorde, la désunion et l'agitation pour affaiblir les volontés d'affrontement. Better red than dead.
    3 points
  4. AF: aérofrein
    3 points
  5. Merci. J'avais commencé le calcul en source de chauffage ( en alimentation pompe à chaleur avec un COP de 3 ) en considérant un besoin de chauffe de 50 kWh par an et par m² ave chauffage centré sur mois moyens. Devant les ordres de grandeurs j'ai stoppé avant la fin.... En construisant plusieurs maisons pour en chauffer une pendant 50 ans ça doit passer. Ou sinon, remplir une maison de pile pour assurer l'eau chaude sanitaire. Bon, aprés faut voir la piste, et la fiabilité du résultat obtenu, les annonces chinoise allant parfois plus vite que la musique. Mais une pile trés durable même si peu énergétique peut voir son champ applicatif. La pile bouton au lithium a crée son marché ensuite, lors de son invention c'était sans doute moins évident. Un japonais ( un peu le père de celà ) dont j'ai mangé le nom a sorti son premier proto de batterie ( rechargeable donc pas pile ) Li / ions début des années 80 et a eu un nobel vers 2020 ( je vous laisse chercher pour + de précisions ), il avait fallu 10 ans aprés le proto pour que Sony commence à envoyer du lourd en production de masse donc vers début 90. Ca semble anodin en 2023 mais la batterie Li ions, la vie actuelle serait plus la même sans celà. Depuis Volta, que de chemin parcouru.
    3 points
  6. Une grande batterie de smartphone contient environ 15 Wh d'énergie. Cela représente 54000 Ws, soit 54000 joules. Si la pile atomique produit environ 9 joules par jour, il en faudrait 6000 pour alimenter le smartphone. Avec une épaisseur donnée, cela représenterait une surface de 1350000 millimètres carrés, soit une longueur de côté de 1,1 m pour une forme carrée. Par conséquent, il n'y aura pas de smartphone à vie de sitôt.
    3 points
  7. Si je comprends bien, le RU s'engage, dans l'éventualité où la Russie attaquerait à nouveau l'Ukraine après la fin de cette guerre là... à refaire exactement la même chose qu'il fait actuellement. Pour Kiev, c'est à la fois rassurant, et pas si rassurant que ça en fait.
    3 points
  8. Souligner la paille dans l’œil du voisin mais ne pas voir le tronc dans le sien, c'est bien la marque des dirigeants Russe et franchement sans hontes affichées !
    3 points
  9. Le congrès US et notamment les Républicains ont récemment prévenu des difficultés énormes de cette décision. Ils sont inquiets sur les formidables obstacles auxquels l'Australie est confrontée dans le transfert du sous-marin AUKUS, notamment les pénuries, les complications et l'introduction d'une nation tierce avec ses propres règles et budgets. Cela accentue également les inquiétudes concernant le projet de construction navale de la marine américaine, les difficultés de la base industrielle sous-marine américaine et l'escalade des coûts des programmes sous-marins des États-Unis et du Royaume-Uni. L'article souligne la nécessité d'efforts exceptionnels au Royaume-Uni et aux États-Unis pour le succès de l' alliance AUKUS . Adam Creighton, correspondant de l'Australian à Washington, a mis en lumière une situation difficile dans laquelle se trouve l'Australie concernant l'achat de sous-marins à propulsion nucléaire auprès des États-Unis. Le dilemme trouve son origine dans des dispositions spécifiques de la National Defense Authorization Act des États-Unis, promulguée par le Congrès vers la fin de l’année précédente. Cette loi facilite l'acheminement de sous-marins à propulsion nucléaire vers l'Australie, mais donne mandat au président sortant, au moment de l'envoi, d'attester que l'engagement n'entravera pas les propres capacités sous-marines des États-Unis.... Quand on voit les difficultés récentes sur les chantiers navals US pour réussir à pouvoir respecter les délais notamment sur les SNA Virginia et les frégates constellation, ils sont pas sortis des buissons. En plus de cela, le possible retour de Trump au pouvoir pourrait remettre en cause ce projet si cela impact les moyens US.
    3 points
  10. Tu avais aussi celle-ci, un BTR-4 contre un T-80 (en mouvement celui ci) Avec, comme pour le T-90M, une tourelle qui joue a la toupie après impact
    3 points
  11. Les oligarques ukrainiens, quel que soit leur camp d'ailleurs, valent bien les Russes et leur baisse de richesse résulte avant tout de la situation économique désastreuse du pays, notamment du fait de la guerre évidemment. Ils étaient même tout à fait connus et un certain nombre ont financé les bataillons de volontaires des deux côtés en 2014. Sinon ce n'est pas mon opinion personnelle mais Transparency attribuait un score de 33 à l'Ukraine et 28 à la Russie en 2022, autant dire qu'on est dans la même catégorie (le pire étant 13 et le meilleur 88).
    3 points
  12. Alors, en regardant les sources.. UK et Ukraine ont signé un accord de collaboration (et d'alliance ?) réciproque : https://www.president.gov.ua/en/news/ugoda-pro-spivrobitnictvo-u-sferi-bezpeki-mizh-ukrayinoyu-ta-88277 La citation semble venir du paragraphe suivant : Donc on parle de la prochaine guerre avec la Russie, quand celle-ci sera finie
    3 points
  13. On en voit énormément, des deux côtés. Les deux camps ont énormément de mal à faire du combat interarme efficace et on voit très régulièrement des chars perdus seuls sur la ligne de front tentant de faire on-ne-sait-quoi (soutenir une escouade dans le besoin à proximité). D'ailleurs, il est probable que le soutien le plus rapide qu'aurait pu avoir ce char aurait été une paire de drone FPV, mais il est possible que l'intégration char-drone soit encore balbutiante (sans doute pas de ligne directe entre l'équipage et les opérateurs, donc tu dois prier pour que la scène soit vue par in drone de surveillance). Edit : d'ailleurs je parles d'interarme mais ta question n'en relève pas directement, puisque tu parles d'un second char. Sur ce sujet, il y a le problème de la nécessaire dilution des forces à cause des drones. Deux chars proches c'est une cible de choix, et il en va de même pour les Bradley qui auraient très bien pu se manger une myriade de drone s'ils avaient été détectés plus tôt. Ça n'encourage clairement pas la concentration de véhicules.
    3 points
  14. Et la RDA n'a, elle, plus de soucis de recrutement!
    2 points
  15. Ben justement il semble que la RFA aussi manque de marins civils, avec seulement 3 équipages pour 7 navires ravitailleurs. https://www.navylookout.com/the-royal-fleet-auxiliary-in-2023/ En plus il ont fait l’erreur (pour ne pas dire la grosse co***erie) de construire des navires spécialisés, soit pétroliers (charges liquides) soit ravitailleurs de charges solides, plutôt que des pétroliers-ravitailleurs polyvalents. Or ils se retrouvent aujourd’hui avec une flotte déséquilibrée de 6 pétroliers (dont 4 neufs) et un seul ravitaillleur de charges solides (le RFA Fort Victoria), qui est à quai faute d’équipage… bref ils sont vraiment dans la mouise.
    2 points
  16. Le pire, c'est qu'il s'agissait de 12 sous-marins équipés d'un système d'armes américain. La plus grande partie du contrat aurait été pour les USA.
    2 points
  17. Une photo du B320 en février 2023, sur cette page. Donc il est en effet à nouveau en ligne, après un peu de travail des "choumacs" et des peintres... [EDIT] C'est mieux avec un lien... https://www.flickr.com/photos/paulschaller67/albums/72177720307432190/with/52835800727
    2 points
  18. C’est bizarre, le rapport officiel d’enquête ne parle que du B335 très légèrement endommagé par des fragments. Mais bon de toute façon les B333 et B335 ont tous les deux revolé depuis donc ils sont bien en service. https://archives.defense.gouv.fr/content/download/387519/5754053/SIB REPORT FINAL_FR.pdf https://archives.defense.gouv.fr/content/download/387519/5754053/SIB REPORT FINAL_FR.pdf
    2 points
  19. Personne n'y croirait note bien.
    2 points
  20. Je me trompe peut etre mais j'ai trouvé ca sur le site ligne de défense: Un point sur les appareils français détruits ou endommagés lors du crash d'Albacete quand un F-16 grec a percuté des avions alliés sur le tarmac de la base aérienne espagnole: Détruits : Mirage 2000D N°651 133-LG Mirage 2000D N°669 133-AL Alpha Jet N°E47 120-AC Alpha Jet N°E96 120-TC Concernant les Rafale, un serait très endommagé et le second plus légèrement: Rafale B N°333 113-IH Rafale B N°335 113-IJ
    2 points
  21. C'est la marque de tous les dirigeants, et si tu as honte de qq chose il vaut mieux éviter de diriger.
    2 points
  22. Le boss de la DGSE Bernard Emié aurait été remercié par le PR pour n’avoir pas su reniflé AUKUS entre autres…. https://www.opex360.com/2023/12/20/le-prefet-nicolas-lerner-a-ete-nomme-a-la-tete-de-la-direction-generale-de-la-securite-exterieure/
    2 points
  23. Est ce sérieux, une startup chinoise annonce avoir créé une mini batterie ''atomique'' avec une autonomie de 50 ans : https://www.enerzine.com/bv100-la-premiere-batterie-miniature-a-energie-atomique-civile-au-monde/82047-2024-01 Betavolt Technology a annoncé il y a quelques jours avoir conçu avec succès la première micro-batterie à énergie atomique au monde : la BV100. Lors d’une conférence de presse, son PDG Zhang Wei a dévoilé une source d’énergie qui associe la décomposition de l’isotope nickel-63 et le premier module de semi-conducteur en diamant de Chine. Cette combinaison autorise une miniaturisation importante de la batterie tout en conservant des coûts de production faibles. De dimensions réduites, 15x15x5 mm, plus petite qu’une pièce de monnaie, la batterie BV100 produit 100 microwatts d’énergie de manière sûre et stable pendant 50 ans sans nécessité de recharge. Elle génère de l’énergie chaque seconde, produisant 8,64 joules d’énergie par jour et 3 153 joules par an. batterie à énergie atomique est une source d’alimentation en courant continu qui utilise principalement le nickel-63 comme source d’énergie et un semi-conducteur en diamant comme convertisseur d’énergie. Elle est en mesure de produire une source d’énergie pulsée avec une durée de vie prolongée en ajoutant un supercondensateur comme stockage d’énergie...
    2 points
  24. Ca risque surtout de donner du crédit à la théorie populiste comme quoi les élites se liguent contre les représentants des "vrais gens" et leurs légitimes aspirations. Trump en joue à fond auprès de son électorat en ce moment, pour expliquer les procès qu'on lui fait. Je ne sais pas combien de temps durerait une procédure visant à faire interdire l'AFD, mais je crains que les dirigeants de ce parti n'en profitent pour se poser en victime. Et dans l'ex-RDA, où ils arrivent déjà en deuxième position, ça ne m'étonnerait pas qu'une partie non négligeable des électeurs y voie une conspiration de l' "ouest". Au final, je pense que ça sera contre-productif, voire un aveu de faiblesse. Je sais qu'il y a un fâcheux précédent historique, mais obliger l'AFD à travailler en coalition et à assumer des responsabilités me parait une meilleure approche. Se confronter au réel oblige souvent les dirigeants à en rabattre . Il faudrait juste espérer que l'état de droit allemand s'avérerait assez solide pour empêcher les abus de pouvoir.
    2 points
  25. D'un autre côté tu sais quoi ? Peuvent aller se faire onduler les sourcils en Palestine les Aussies ...
    2 points
  26. Oui c'est connu depuis longtemps. Les differents obscurcissement ont des effets sur les transferts radiatifs terre-espace. Les fumées servent de parasol et réduisent l'entrée d’énergie par exemple, donc un refroidissement, les nuages de vapeur ou plutôt les fines gouttelettes ont plutôt tendance a bloquer la réémission terre->espace que l'inverse donc réchauffement. Dans ce cadre l'obscurcissement du ciel par trainée de condensation participe de manière non-négligeable au réchauffement par effet de serre. L'effet des nuages se vérifie facilement, la nuit par temps couvert il n'y a pas de refroidissement, par temps clair un net refroidissement. C'est au transfert radiatif terre->espace dans un cas bloqué par les nuages qui émettent autant que le sol, dans l'autre cas libre vers l'espace qui sert de thermostat froid.
    2 points
  27. Vous arrêtez de vous donner le mot pour me faire la traduction ? Je n'ai pas dit qui peut traduire j'ai dit qui comprend ce que ça signifie ?
    2 points
  28. Merci @Picdelamirand-oil, je suis nul en anglais mais pas a ce point Ils comptent engager des Typhoon en Ukraine ?
    2 points
  29. Il y aurait pas mal de choses à dire faisant suite à l’intervention hier soir à Starbase d’E. Musk. - Les premières informations sont liées à l’IFT-3, pour lequel SpaceX considère qu’il sera en capacité de le réaliser courant - fin janvier, et que la certification par la FAA devrait être délivrée début février. Le tir est donc à attendre dans les 2 premières semaines de février. E. Musk a par ailleurs confirmé que ce lancement serait l’occasion d’un test de transfert de carburant interne, tel que contractualisé avec la Nasa. La décision n’est pas encore prise de faire également une tentative avec une charge utile. Le Starship réalisera une démonstration de désorbitation avec redémarrage des réacteurs. - En parlant de charge utile, et cette information est relativement étonnante, on connait désormais la raison de la perte du second étage lors d’IFT-2 : le Starship S25 ne transportant pas de charge utile, SpaceX a considéré nécessaire de relâcher de l'oxygène afin de réduire la masse de l'étage (peut-être afin de simuler un test de largage pour étudier le comportement du Starship. Mais la raison de la manoeuvre n’a pas été précisée). Lors de cette manipulation, un incendie s’est déclaré et a fait explosé le vaisseau. De facto, avec une vraie charge utile, le S25 aurait a priori atteint l’orbite. - La mission Polaris Dawn s’appuyant sur une Crew Dragon modifiée pour permettre une sortie extra-véhiculaire, se déroulera tôt en 2024. Il s’agira de la première EVA menée par une société privée, et sera également un baptême du feu pour la nouvelle combinaison développée par SpaceX à cette fin. - Le Starship XL est bien dans les cartons, et il devrait culminer à 150 m de haut.
    2 points
  30. RTX menace une action en justice contre l'Italie au sujet de la vente de Microtecnica https://www.defensenews.com/industry/2024/01/12/rtx-threatens-legal-action-against-italy-over-microtecnica-sale/ Le géant américain de la défense RTX menace de poursuivre le gouvernement italien en justice pour avoir bloqué la vente d'une unité aérospatiale en Italie à la société française Safran. RTX, anciennement connu sous le nom de Raytheon Technologies, avait prévu de vendre Microtecnica à Safran. Microtecnica est une société italienne qui fabrique des composants pour l'avion Eurofighter construit par l'Italie, l'Allemagne, le Royaume-Uni et l'Espagne. Microtecnica est actuellement détenue par Collins Aerospace, filiale de RTX, et fait partie des activités de Collins dans le domaine des commandes de vol, qui devaient être vendues à Safran dans le cadre d'une transaction de 1,8 milliard de dollars annoncée en juillet dernier. Mais en novembre, le gouvernement italien a bloqué la vente prévue de Microtecnica. Selon des sources italiennes au fait de cette décision, l'environnement géopolitique actuel ne se prête pas à de telles transactions, car elles pourraient compromettre l'accès de l'armée italienne à des composants cruciaux. Pour bloquer la vente, l'Italie a invoqué sa législation dite du "pouvoir d'or", qui permet au gouvernement d'empêcher l'achat d'entreprises locales stratégiques par des acheteurs étrangers. À l'époque, Olivier Andries, PDG de Safran, avait déclaré au Financial Times qu'il s'opposait à ce veto. "Ils supposent le pire quant à nos intentions, à savoir que nous ne soutiendrons pas équitablement l'Eurofighter ou que nous ne lui accorderons pas la priorité", avait-il déclaré selon le journal. Aujourd'hui, RTX et Safran se préparent à contester le veto devant les tribunaux, a déclaré Jeff Shockey, responsable des relations gouvernementales mondiales de RTX. "Safran et nous-mêmes allons déposer des recours, ce qui est nécessaire pour préserver la transaction globale", a-t-il déclaré dans un communiqué. "Nous prenons acte de la décision du gouvernement italien. Cependant, nous restons convaincus que la transaction serait bénéfique pour Microtecnica, ses clients, ses employés et toutes les autres parties prenantes impliquées. "C'est pourquoi nous restons engagés dans la transaction et nous nous réjouissons de trouver une solution pour répondre aux préoccupations éventuelles du gouvernement italien. Mais si les parties concernées peuvent trouver un accord pour apaiser les inquiétudes du gouvernement en dehors d'une salle d'audience, RTX est prêt à le faire, a-t-il déclaré. "Nous attendons avec impatience l'occasion de résoudre le problème par un dialogue constructif avec le gouvernement italien en dehors de la procédure d'appel. Les dirigeants syndicaux italiens, qui ont appris l'appel prévu par la direction de Microtecnica à Turin, en Italie, lors de leur réunion de jeudi, soutiennent l'action en justice. "Edi Lezzi, responsable à Turin du syndicat FIOM, qui représente plus de 600 employés de Microtecnica dans le nord de l'Italie, a déclaré : "Quels sont les motifs de cette décision inattendue du gouvernement italien ? "Qui s'en occupe ? Les employés sont coincés entre les deux", a ajouté M. Lezzi. "Microtecnica est saine et rentable, et il n'est pas professionnel que le ministre de la défense [Guido] Crosetto et le Premier ministre [Giorgia Meloni] n'expliquent pas ce choix, qui pourrait avoir un impact économique important sur les régions de Lombardie et du Piémont". Annonçant en juillet dernier son projet de rachat des activités d'actionnement et de contrôle de vol de Collins Aerospace, Safran a indiqué qu'il ferait l'acquisition de huit sites en France, au Royaume-Uni et en Italie, ainsi qu'en Asie, employant environ 3 700 personnes. Ces sites devraient réaliser un chiffre d'affaires d'environ 1,5 milliard de dollars en 2024. Introduite en 2012, la règle italienne du "pouvoir d'or" est normalement utilisée pour bloquer les rachats d'entreprises stratégiques par la Chine. En 2021, la police italienne a perquisitionné un fabricant de drones italien qui aurait été vendu à la Chine sans alerter le gouvernement italien, échappant ainsi aux sanctions de la règle du "pouvoir d'or". RTX est la deuxième plus grande entreprise au monde en termes de revenus liés à la défense, selon la liste Top 100 de Defense News. Safran figure au 28e rang de cette liste.
    2 points
  31. On a déjà dit qu'on ne comptait pas les appareils de pré-série. Ce qui fait qu'à l'heure actuelle le f35 est toujours à zéro appareil en production
    2 points
  32. Je trouve dans l'entretien d'Emmanuel Todd au Figaro à l'occasion de la publication de son dernier livre un passage que je ne peux qu'approuver entièrement Et est-ce que la Russie a vraiment gagné ? Nous sommes plutôt dans une forme de statu quo… Les Américains vont effectivement rechercher un statu quo qui leur permettrait de masquer leur défaite. Les Russes ne l’accepteront pas. Ils sont conscients non seulement de leur supériorité industrielle et militaire immédiate, mais aussi de leur faiblesse démographique à venir. Poutine veut certes atteindre ses objectifs de guerre en économisant les hommes, et il prend son temps. Il veut préserver l’acquis de la stabilisation de la société russe. Il ne veut pas remilitariser la Russie et tient à poursuivre son développement économique. Mais il sait aussi que des classes creuses démographiquement arrivent et que le recrutement militaire sera dans quelques années (trois, quatre, cinq ?) plus difficile. Les Russes doivent donc abattre l’Ukraine et l’Otan maintenant, sans leur permettre aucune pause. Ne nous faisons aucune illusion. L’effort russe va s’intensifier. Le refus occidental de penser la stratégie russe dans sa logique, avec ses raisons, ses forces, ses limitations, a abouti à un aveuglement général. Des mots flottent dans le brouillard. Sur le plan militaire, le pire est à venir pour les Ukrainiens et les Occidentaux. La Russie veut sans doute récupérer 40 % du territoire ukrainien, et un régime neutralisé à Kiev. Et sur nos plateaux de télévision, au moment même où Poutine affirme qu’Odessa est une ville russe, on raconte encore que le front se stabilise… Je constate que nous nous rejoignons non seulement sur le constat de la supériorité militaire russe sur le terrain, mais sur l'analyse du discours actuel du gouvernement américain sur le thème d'un "conflit gelé" et "blocage réciproque" comme un simple refus de reconnaître la réalité pour l'instant, et surtout de l'objectif russe de prendre le contrôle d'une grande partie de l'Ukraine et de neutraliser le reste (bien loin des espoirs occidentaux d'une simple amputation limitée de l'Ukraine dont le reste resterait indépendant) ainsi que de la prévision d'une intensification de la guerre à court-moyen terme jusqu'à l'atteinte de cet objectif. Todd a bien noté lui aussi la réitération récente par Poutine de sa remarque comme quoi Odessa serait "une ville russe". Et il est vrai que Poutine ne remilitarise pas la Russie dans une grande proportion. 6% du PIB pour la défense cette année, c'est certes davantage que les Etats-Unis (pour ne pas parler des pays européens) mais cela n'a rien à voir avec les 15 à 20% de l'époque soviétique, et Israël a été pendant la majeure partie de son Histoire aux alentours de 8% sans que cela n'empêche le moins du monde son développement ni sa prospérité. Je précise à toutes fins utiles que je n'approuve pas tout ce que Todd affirme loin de là. Par exemple, quand il affirme que le retrait des Etats-Unis du monde amènerait une ère de paix générale, je pense que c'est d'une naïveté confondante. A mes yeux, c'est un intellectuel brillant qui produit des idées à jet continu, et sur trois de ses idées l'une est fausse, l'autre est simplement aberrante... et la troisième est très éclairante au point d'ouvrir de nouvelles perspectives ! Bref quelqu'un à écouter avec attention, et avec un grand filtre pour critiquer ses idées et séparer le bon grain de l'ivraie. Quelqu'un qui fait réfléchir, et qui force d'ailleurs à réfléchir puisque le très éclairant et l'aberrant sont tellement mêlés dans son discours. Ce qui est probablement la meilleure manière d'être un intellectuel d'ailleurs plutôt qu'un gourou ou un personnage essentiellement médiatique mais en fait très superficiel (à la Michel Onfray par exemple)
    2 points
  33. Pas l'habitude de poster des "tweets de combat", mais celui-là, je l'aurais posté si tu ne l'avais déjà fait ! Effectivement, c'est un "cas particulier", une "anecdote" et évidemment pas un enseignement complet sur les doctrines des uns et des autres ... mais cela en dit "long" sur la motivation des équipages, et dans les deux camps ! Les ukrainiens vont au contact en vci 25mm, il faut avoir de sacrés balloches et miser sur sa supériorité de manoeuvre/de vision. Les russes "tiennent" de longue minutes dans une situation probable d'aveuglement partiel ou complet sur la sitac ... en entendant les coups de 25mm les frapper et quelques détonations d'ERA ça et là ... ambiance !
    2 points
  34. https://sciencepost.fr/etats-unis-viennent-de-croitre/ Les US annonce l'extension de son territoire maritime de plus d'1 million de km2, soit l'équivalent 2 fois la superficie de l'Espagne. Les nouvelles coordonnées géographiques délimitent leur extension de leur plateau continental dans sept zones offshore, dont l’Arctique, l’Atlantique, la mer de Béring, le Pacifique, les îles Mariannes et deux zones du golfe du Mexique. Par contre le caractère légal de la démarche entreprise par les États-Unis pour étendre leurs limites d’extension des plateaux continentaux (ECS) est cependant remis en question. Et pour cause, bien que l’UNCLOS soit largement acceptée à l’échelle mondiale (ratifiée par 168 États et l’Union européenne), les États-Unis ne l’ont pas officiellement ratifiée.
    2 points
  35. … Peux pas m'empêcher … C'est trop bon ! https://x.com/Trois_Ponts/status/1745060013989622139?s=20 (et pour ceux que n'ont pas l'abonnement)
    2 points
  36. Long article sur les relations franco-allemandes issu du principal journal conservateur. J'ai laissé de côté certaines parties moins intéressantes : https://www.faz.net/aktuell/politik/ausland/olaf-scholz-und-emmanuel-macron-sie-bleiben-sich-merkwuerdig-fremd-19412769.html Ils restent étrangement étrangers l'un à l'autre Il y a toujours eu des divergences d'opinion entre Paris et Berlin. Mais depuis que le président Macron a affaire au chancelier Scholz, on pense en France que quelque chose de fondamental a changé. Maintenant que la guerre en Europe montre à nouveau son visage hideux, que les Européens ne peuvent pas être assurés durablement de l'assistance militaire de l'Amérique, que l'Union européenne lutte pour sa cohésion en son centre géographique mais veut s'élargir davantage vers l'Est, que la Chine est définitivement passée du statut de marché à celui de grand défi pour l'Europe et que l'UE doit montrer si elle peut s'imposer avec son modèle de vie libéral et démocratique face à de puissants concurrents, Emmanuel Macron et Olaf Scholz sont à la tête de leurs pays. Et ils semblent être restés étrangement étrangers l'un à l'autre jusqu'à présent. Une rencontre à l'hôtel "Amigo" changera-t-elle quelque chose ? D'où l'anecdote. Elle se déroule à l'hôtel "Amigo" de Bruxelles, dans le "Bar Magritte". Lorsque le dernier sommet européen s'est tenu peu avant Noël, Scholz et Macron s'y seraient retrouvés "à une heure tardive" autour d'un "Saint-Emilion Grand Cru" et auraient parlé de leur vie. Pas des détails du budget de l'UE ou d'un projet d'armement, non, de leur vie. Même les bienveillants des deux pays n'essaient pas de donner l'impression d'avoir affaire à deux âmes sœurs secrètes. Macron, dit-on, est plus français que le Français moyen, Scholz plus allemand que l'Allemand moyen. Cela vise la différence entre les deux. Cela commence par l'âge. Scholz a près de vingt ans de plus que Macron. Ce dernier a été membre du Parti socialiste pendant quelques années, puis a défendu des positions libérales et a fondé son propre parti. Celui-ci n'a plus depuis longtemps son nom d'origine. Scholz, en revanche, était déjà membre du SPD alors que Macron n'était pas encore né. Même si Scholz a depuis longtemps laissé derrière lui ses anciennes positions de stricte gauche, on dit dans son entourage que son regard sur le monde vise toujours en premier lieu les personnes qui "travaillent dur et jouent selon les règles". On pourrait aussi les décrire ainsi : Macron déborde souvent d'idées. Chez Scholz, les "confettis" sont plus rares, dit-on à Berlin. Depuis un déjeuner à l'Elysée à l'automne 2022, la cohabitation a pris une tournure plus positive, entend-on. Le rapprochement est voulu. L'été dernier montre déjà qu'il ne s'agit pas d'un automatisme. Scholz a passé ses vacances en France en cette année du 60e anniversaire du traité de l'Élysée. Cela aurait pu être une preuve d'amitié unique. S'il n'a pas visité Marseille, la ville préférée de Macron, il s'est promené non loin de là dans la vieille ville de Nice et a visité la ville des parfums, Grasse. Le Grand Canyon français, les gorges du Verdon, ainsi qu'un village médiéval de Provence faisaient également partie de son programme de voyage. Les photos de vacances que l'épouse du chancelier, Britta Ernst, a ensuite publiées sur Instagram auraient pu faire l'objet d'un reportage dans la presse française. Tony Blair, l'ancien Premier ministre britannique, a mis en scène chacune de ses vacances d'été près de Toulouse, et les Français l'aiment encore aujourd'hui pour cela. Mais avec son understatement hanséatique, Scholz a manqué l'occasion de se présenter comme un amoureux secret de la France. Au contraire, on dit à Berlin que pour lui, c'est très agréable de se déplacer dans une région où il n'est pas immédiatement reconnu, même s'il porte une casquette. A Paris, l'impression que les choses ont fondamentalement changé s'est installée. Les tensions et les divergences d'intérêts ont toujours fait partie des relations franco-allemandes. Macron, en tant que conseiller présidentiel, l'a un jour décrit ainsi : "Le problème avec l'Allemagne est un peu comme le tango : les deux veulent danser, mais nous ne sommes pas d'accord sur la suite à donner aux pas". Aujourd'hui, les conseillers de l'Elysée se demandent si les Allemands veulent encore danser avec les Français. On cite volontiers le vice-chancelier Robert Habeck : "L'amitié franco-allemande est en réalité une polarité qu'il faut interpréter de telle sorte que nous ne sommes d'accord sur rien". Même si le voyage inaugural du nouveau train de nuit entre Berlin et Paris a été célébré en décembre, l'enthousiasme partagé pour les voyages en train respectueux du climat ne peut masquer le fait que la politique énergétique divise profondément. A Paris, on secoue la tête à l'idée de fermer les dernières centrales nucléaires allemandes, alors que la guerre d'agression russe a fondamentalement changé la situation de l'approvisionnement. "Je ne comprends pas nos amis allemands. Comment veulent-ils atteindre les objectifs climatiques sans énergie nucléaire ?", déclare le député de droite Raphael Schellenberger. Il espère que le gouvernement fédéral se décidera à changer d'époque en matière de politique énergétique. Pour la présidente de l'Institut franco-allemand (IFA) de Ludwigsburg, Sylvie Goulard, les deux pays sont confrontés à des défis existentiels sur la question de l'élargissement de l'UE et de la protection du climat, qui vont bien au-delà de la relation personnelle du chancelier Scholz avec le président Macron. "Dans le passé, l'amitié franco-allemande était quelque chose de non partisan. Il s'agit de notre communauté de destin en Europe. Mais on n'utilise presque plus ce mot", explique Goulard. L'ancienne ministre de la Défense s'étonne que Berlin et Paris n'aient pas élaboré de plan commun concernant l'élargissement prévu de l'UE. Personne ne dit aux citoyens quelles sont les prochaines étapes, alors que c'est une nécessité démocratique. En effet, il était frappant de constater que dans le discours de politique européenne que Scholz a tenu fin août de l'année dernière à l'Université Charles de Prague, le moteur franco-allemand, souvent évoqué auparavant comme moteur de l'Europe, n'a pas été mentionné, la France n'a même été qu'effleurée. Au lieu de cela, Scholz a prononcé des phrases comme celle-ci : "Le fait que l'UE continue à s'étendre vers l'Est est un bénéfice pour nous tous". L'Allemagne, "pays au centre du continent", fera tout pour réunir l'Est et l'Ouest, le Nord et le Sud de l'Europe. Scholz "plutôt du type anglo-américain" La politique de défense est actuellement un terrain particulièrement impraticable. Pourtant, la cohabitation entre les chefs de département semble être bonne. Ainsi, le ministre de la Défense Boris Pistorius a lui aussi passé ses vacances d'été en France. Lors d'une conférence de presse à Evreux, il a parlé avec aisance en français de son séjour en Bretagne avec son coéquipier Sébastien Lecornu. Lorsqu'il a été nommé, le journal "Ouest France", le plus grand tirage de France, a titré : "Un étudiant de l'université catholique d'Angers devient ministre allemand de la Défense". En 1982/83, Pistorius y avait étudié le français. Scholz, lui, sur le conseil de ses parents, a appris le latin à l'école après l'anglais, puis l'espagnol. "De par son origine", il était "plutôt du type anglo-américain", dit-on. Pistorius a cité à Evreux le classique du cinéma Casablanca pour décrire sa première rencontre avec Lecornu : "C'est le début d'une merveilleuse amitié". Mais il faut aussi parfois "se serrer les coudes entre amis". Lecornu n'a pas manqué de gestes d'amitié. Il l'a invité à une visite privée de la propriété et des jardins du peintre Claude Monet dans sa circonscription à Giverny. Mais même avant les nénuphars, les chars de combat n'étaient jamais loin. Le Main Ground Combat System (MGCS) est l'un des trois projets d'armement franco-allemands convenus en juillet 2017. Même après six ans, le projet n'a guère avancé. Un nouveau catalogue d'exigences est justement en cours d'élaboration, car la planification militaire a changé avec la guerre en Ukraine. Le système d'avion de combat FCAS a franchi une étape supplémentaire. On travaille sur un démonstrateur qui devrait voler en 2028. Le patron de Dassault, Eric Trappier, fait néanmoins avancer le développement de la cinquième génération d'avions de combat Rafale, au cas où le FCAS échouerait encore. Le président de la commission de la défense, Thomas Gassilloud, considère la politique d'exportation imprévisible du gouvernement allemand comme le plus grand obstacle à la coopération. Le gouvernement fédéral veut empêcher la livraison d'avions de combat Eurofighter à l'Arabie saoudite jusqu'à la fin de la législature, ce qui touche particulièrement l'industrie britannique. "On se demande naturellement s'il en sera de même pour FCAS", a déclaré Gassilloud. Le député regrette qu'il n'y ait toujours pas de dialogue ouvert avec Berlin sur la dissuasion nucléaire. Les réticences de Paris à l'égard du système de défense aérienne European Sky Shield, impulsé par le gouvernement allemand, ne seraient compréhensibles que si l'on prenait en compte le rôle des armes nucléaires. Le 29 janvier, pour la première fois depuis le changement de gouvernement, un échange entre les membres des deux commissions de défense est prévu à Berlin. Dans la politique de défense de la France et de l'Allemagne, le rêve et la réalité se sont toujours mal accordés. Le gouvernement français a certes proposé dès 1950 de créer une armée européenne commune. Quatre ans plus tard, alors que l'Allemagne et d'autres pays avaient déjà approuvé le projet de Paris, c'est justement l'Assemblée nationale française qui a brutalement mis fin au projet. Peu après, la Bundeswehr a été créée. Depuis, les projets ambitieux de coopération et d'armement ne cessent d'échouer en raison du quotidien des intérêts et des vanités nationales. Ainsi, il existe certes depuis 30 ans une brigade franco-allemande avec un magnifique écusson. Mais jamais les bataillons de cette grande unité n'ont été engagés ensemble, même là où cela se serait particulièrement imposé, comme au Mali. La coopération en matière d'armement s'avère globalement peu réjouissante. Alors que la France souhaite depuis des années une politique industrielle européenne plus forte, mais que du point de vue allemand, elle pense surtout à un armement dominé par la France, l'Allemagne investit depuis peu des dizaines de milliards d'euros dans des produits américains et achète aux Etats-Unis des avions de combat F-35 ou des hélicoptères de transport lourds. Pour l'initiative européenne de défense antiaérienne "Sky Shield" de Scholz, les Français n'ont même pas été correctement consultés, sans parler d'une offre de coopération. La commande des armes de défense américano-israéliennes, qui coûtent plusieurs milliards, échappe une fois de plus à l'industrie européenne, comme on le déplore à Paris. Pour d'autres projets, des conceptions différentes de la propriété et des particularités nationales rendent la coopération difficile, comme par exemple pour le projet FCAS de 100 milliards. Le conflit dure depuis des années et coûte cher en argent et en confiance. D'autres pays comme la Grande-Bretagne et l'Italie - tous deux encore partenaires de l'Eurofighter, auquel la France ne voulait pas participer - ont désormais lancé leur propre projet avec le Japon. Les choses continuent d'aller mal pour le char de combat commun, le "Main Ground Combat System". Dans ce domaine, l'industrie allemande n'est manifestement pas très intéressée par le produit. Alors que les Allemands et les Français se perdent dans les documents de projet et les labyrinthes politiques, Rheinmetall construit et propose de nouveaux prototypes en régie propre. Mais comme il reste important d'unir les forces et que les Allemands et les Français des gouvernements et des parlements connaissent encore la valeur du partenariat, Pistorius et Lecornu, plus jeune, s'en tiennent aux plans. Pistorius avait appelé Lecornu immédiatement après sa nomination par le président fédéral et avant même l'arrivée de son cortège de voitures au ministère, et avait établi un premier contact. Cela a été bien accueilli. A Evreux, où est stationné depuis peu un escadron de transport aérien commun, les deux parties ont signé un autre accord sur le projet de char qui devrait être réalisé dans une vingtaine d'années. L'inspecteur général Breuer veut s'appuyer sur les Etats-Unis Mais dans les relations franco-allemandes, beaucoup de choses restent au stade du "on devrait, on pourrait". Une éventuelle coopération en matière de défense nucléaire en fait partie, la France l'a proposé à plusieurs reprises. Si l'on demande à l'inspecteur général allemand Carsten Breuer si l'on devrait en parler, il répond de manière très succincte : "La participation nucléaire qui nous lie à l'Amérique est fiable et le restera pour les prochaines décennies. Nous ferions bien de continuer à nous y fier". Enfin, la politique étrangère. Dans le traité d'Aix-la-Chapelle, la France et l'Allemagne se sont promis d'œuvrer pour une "politique étrangère commune efficace et forte". Mais l'article 1 du premier chapitre était plus facile à signer qu'à réaliser. Le conflit au Proche-Orient permet actuellement de mesurer la force des réflexes nationaux. La ministre française des Affaires étrangères Catherine Colonna n'hésite pas à critiquer vivement la tolérance du gouvernement Netanyahu à l'égard de la violence des colons en Cisjordanie. Elle a même annoncé vouloir sanctionner les colons violents. A Paris, on est toujours surpris par les égards de l'Allemagne pour Netanyahu. Le fait que la ministre des Affaires étrangères Annalena Baerbock ait signé un appel commun avec le ministre britannique des Affaires étrangères David Cameron pour un cessez-le-feu durable et qu'elle ne se soit délibérément pas solidarisée avec la demande française d'un cessez-le-feu humanitaire a été perçu comme particulièrement peu diplomatique. La visite d'État de Macron doit être rattrapée fin mai Les différences entre les positions de Paris et de Berlin sont évidentes. Lors des votes de résolution aux Nations unies sur la situation d'urgence à Gaza, la France a voté pour, alors que les textes ne mentionnaient même pas clairement la terreur du Hamas. L'Allemagne s'est abstenue. Macron a alors voulu montrer la voie à suivre en Europe et a invité à une conférence des donateurs pour la bande de Gaza à Paris. Il l'a organisée justement le 9 novembre. En cette journée du souvenir si importante en Allemagne, les députés du Bundestag ont commémoré les crimes commis lors de la nuit de Cristal. Baerbock n'est donc pas venue non plus à Paris, elle n'a envoyé qu'un ministre d'Etat. Lorsqu'elle s'est rendue peu après en Cisjordanie et à Tel Aviv pour plaider en faveur de pauses humanitaires, mais aussi pour souligner le droit d'Israël à se défendre, Macron a fait la une des journaux du monde entier. Il s'agissait au moins une fois de déclarations d'interview ambiguës sur le conflit, qui ne voulaient pas s'accorder avec les messages de Baerbock, lorsque le président a exigé un cessez-le-feu que Berlin refuse encore aujourd'hui. Toujours est-il que les relations personnelles entre les deux ministres sont bonnes. Colonna se réjouit particulièrement d'un rendez-vous important en 2024 - la visite d'État de Macron en Allemagne doit être rattrapée fin mai. Au début de l'année, Baerbock et Colonna s'étaient rendues en Éthiopie. Dans ce pays ravagé par la guerre civile et la famine, elles se sont rendues ensemble à des rendez-vous, que ce soit dans un entrepôt de céréales du Programme alimentaire mondial, chez le chef du gouvernement éthiopien ou au siège de l'Union africaine. Elles se sont présentées ensemble devant la presse, ont parlé au nom de l'Europe et en tant qu'amies franco-allemandes. Les rôles des deux pays ne sont pas toujours compatibles, les orientations ne sont pas toujours les mêmes. Dans le cas de l'Arménie, Berlin était convaincu qu'en tant que médiateur pour le processus de paix entre Erevan et Bakou, il ne fallait pas seulement se rendre en Arménie, mais aussi en Azerbaïdjan. Lorsque Colonna a invité Baerbock en automne à rendre une visite de solidarité à l'Arménie après les attaques de l'Azerbaïdjan contre le Haut-Karabakh, cela n'a pas eu lieu. Colonna a voyagé seul. Une semaine plus tard, Baerbock s'est mise en route. Seul également.
    2 points
  37. La gestion de la turbidité par tous moyens avant procédé physique membranaire, c'est mon domaine, ça tombe bien. Ca paye trés bien ? Je peux avoir un logement sécurisé pendant la mission et voiture blindée ? Sur cette affaire, mais je ne connais pas les détails, on touche un point absolument MAJEUR: le process achat du public sur des solutions techniques est une gabégie absolue ( sauf j'espère en domaine trés sensible mobilisant des compétences au sommet ) - dans le cahier des charges CDR il y a toujours une pondération trop importante du RSE dont tout le monde se fout. Mais il y a des joueurs expérimentés, comme l'acheteur n'achète que du papier ( ou du .pdf ) c('est comme celà qu'on retrouve les chantiers étatiques avec la plus grand part de sous traitance en travailleurs déclaré.... - la capacité tech nomimale est toujours sur évaluée, car tu n'as jamais un indus du domaine en face pour trouver à redire. - le CDR finit par choisir inexorablement le meilleur rapport qualité promise ( mais mirifique et pas tenable ) / prix. Donc il reste le prix pour jouer et les mensonges. A une époque j'ai pu avoir 2 % de mon CA "perso" ( pas la boite, celui du vulgaire salarié que je suis ) sur un achat par appel d'offre public ( le truc qui s'appelle PLACE il me semble ). Je suis maintenant à zéro % et ça va trés bien comme celà. Je suis toujours sollicité, je n'y réponds plus vraiment, mais en gros je sais qui est retenu, sur quoi et à quel prix. J'observe que la solution retenue est toujours payée plus chère que le marché à solution équivalente. Mais c'est normal car le process avant vente, pendant et aprés et d'une douleur sans nom au niveau administratif et temps opérationnel consacré. Et en plus ça paye tard, trés tard ( ce qui ne me concernait pas car structure un peu spéciale ). La surfacturation est légitime, c'est une provision sur des couts cachés mais réels et prévisibles. L'état peut être un gros client, mais il est toujours un trés mauvais client. A partir du moment ou une collectivité gère un gros budget de consommables et d'invest' ( je ne compte pas la masse salariale ) elle gagnerait trés vite à salarier un chef acheteur ( pour la démarche achat ) et quelques têtes "techniques" sur des compétences diverses pour valider les dossiers. Sur un autre sujet d'expé perso mais dans le thème, en 2020 covid et sujet masques. Par qq connections dans le milieu "mandarin", j'avais obtenu qq prix départ Chine selon le conditionnement d'expédition ( containeur aviation pour les pressés, containeur maritime maritime, etc...) et puis qq prix de log pour le transport global jusqu'à une base log n'importe ou en Fr. Quand j'ai entendu à l'époque ( me souviens plus des valeurs ) le prix payé par les hopitaux, j'ai failli....défaillir. Y'avait de quoi ressortir le Concorde pour les acheminements. Au tout début quand il y avait pénurie en plus du pb de prix, je pouvais obtenir sans peine des containeurs maritime + prix départ pour de quoi largement satisfaire du masque "prix pseudo coutant" qu'on voyait en GD. La GD, les achats elle sait faire. L'état, non.
    2 points
  38. oui et puis certains pourrait dire qu'avoir un mini réacteur nucléaire dans la poche, pas foufou... ;)
    1 point
  39. Le nombre de personnes portant les séquelles de la Première Guerre mondiale (militaires et civiles) s'élève à plus de 40 millions, 20 millions de morts et 21 millions de blessés. Ce nombre inclut 9,7 millions de morts pour les militaires et près de 10 millions pour les civils. (Wikipédia) Pertes humaines de la Première Guerre mondiale — Wikipédia (wikipedia.org) (Pertes par pays - Pertes militaires alliées par pays). Diagramme circulaire indiquant la proportion de militaires morts selon le pays d’appartenance, au sein de la coalition des Empires centraux. Ces proportions sont à appliquer à un total d'environ 4 millions pour cette coalition. En fonction des données ci-contre, ces proportions sont à corriger légèrement : Population (en millions) Morts militaires Morts civiles Total Blessés militaires France 39,61 millions d'habitants 1 397 800 de morts 300.000 morts civils Total = 1 697 800 de morts 4 266 000 de blessés militaire Ces éléments donnent une idée des ratios de pertes entre militaires et civiles. Il faut rajouter celles de la Belgique dont l'occupation Prussienne fut très durs. Les estimations que vous donnez pour l'Ukraine peuvent être comparées à celles fournies par ce tableau. Je pense que les pertes civiles doivent être importantes en Ukraine du fait du matraquage permanent Et de l'artillerie, Et des drones, Et des missiles, Et des combats urbains qui sont une hémorragie de pertes importantes et indistinct entre civils et militaires.
    1 point
  40. Il y a beaucoup de “petits“ changements entre S25 et S28, et entre B9 et B10. Pour ceux qui voudront rentrer dans les détails, voici une synthèse de RingWatchers qui est très bien faite (en anglais, mais comme toujours, traduction automatique disponible depuis n’importe quel navigateur) : https://ringwatchers.com/article/s28-b10-updates Encore une fois, S28 et B10 seront d’une conception “ancienne“ quand le vol aura lieu. Il faudra sans doute attendre le vol IFT-6 (et fin 2024) pour commencer à voir les vols de appareils dans leurs dernières itérations.
    1 point
  41. Start-up et sérieux dans la même phrase. J'attends de voir. Si c'est comme les "révolutionnaires" semi-conducteurs sud-coréens, ça n'est qu'un coup de pub sans portée pratique.
    1 point
  42. https://www.understandingwar.org/backgrounder/iran-update-january-12-2024 Principaux points à retenir : Les États-Unis et le Royaume-Uni ont mené des frappes conjointes le 11 janvier qui ont ciblé des installations militaires houthies afin de dégrader la capacité du groupe à attaquer les navires transitant par la mer Rouge. Les Houthis continueront probablement à tenter des attaques contre les navires internationaux en mer Rouge, car les frappes aériennes du 11 janvier ne menacent pas suffisamment la position des Houthis au Yémen. Les milices palestiniennes dans le nord de la bande de Gaza perturbent les opérations des Forces de défense israéliennes (FDI) pour détruire les infrastructures militaires et sécuriser les zones frontalières d’Israël. L’armée israélienne mène des opérations de nettoyage à Bureij et Maghazi, dans le gouvernorat central de la bande de Gaza. L’armée israélienne a poursuivi ses opérations de nettoyage à Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza. La Résistance islamique en Irak – une coalition de milices irakiennes soutenues par l’Iran – a revendiqué deux attaques visant Israël le 12 janvier. Bande de Gaza: Les milices palestiniennes dans le nord de la bande de Gaza perturbent les opérations des Forces de défense israéliennes (FDI) pour détruire les infrastructures militaires et sécuriser les zones frontalières d’Israël. Un correspondant de la radio de défense de l’armée israélienne a rapporté le 6 janvier que les forces israéliennes n’opéraient plus en permanence dans toute la zone de la bande nord et qu’elles s’étaient déplacées vers la frontière avec Israël. [17] Les médias israéliens ont commencé à rapporter en décembre que l’armée israélienne passerait à une troisième phase d’opérations qui comprend la sécurisation d’une zone tampon dans le nord de la bande de Gaza et la transition vers des raids ciblés. [18] Les milices palestiniennes ne sont pas détruites dans le nord de la bande de Gaza et maintiennent une présence limitée dans le nord de la bande de Gaza. The Economist a rapporté le 12 janvier que les forces israéliennes ont récemment découvert un réseau de tunnels souterrains du Jihad islamique palestinien (JIP) dans le quartier de Shujaiya de la ville de Gaza. [19] The Economist a noté que les forces israéliennes n’étaient pas au courant de l’existence d’un réseau dans le quartier, qui se trouve à un kilomètre de la frontière avec Israël. Un colonel israélien a déclaré que l’armée israélienne avait tué la plupart des commandants de bataillons locaux du Hamas, mais que des dizaines de combattants restaient sur place et étaient maintenant en « mode guérilla ». [20] D’autres milices palestiniennes menacent les opérations israéliennes dans le nord de la bande de Gaza. L’aile militaire du Mouvement des moudjahidines palestiniens, les Brigades des moudjahidines, a attaqué au mortier les forces israéliennes à l’ouest de Beit Lahia le 12 janvier. [21] L’aile militaire du JIP, les Brigades al-Qods, a affirmé avoir mené une attaque interarmes en plusieurs étapes sur une route d’approvisionnement israélienne au sud et à l’est de Gaza. [22] La milice n’a pas précisé le lieu exact de l’attaque. Les images des Brigades al-Qods montrent des combattants observant les blindés, les jeeps et le personnel israéliens et ses combattants tirer des mortiers et des roquettes. [23] La milice a affirmé avoir fait exploser un champ de mines visant les blindés israéliens le long de la route d’approvisionnement. L’aile militaire du Hamas, les Brigades al-Qassem, a probablement utilisé une zone arrière dans le centre de la bande de Gaza pour mener plusieurs attaques contre les forces israéliennes dans le nord de la bande de Gaza depuis la mi-décembre. [24] Les forces israéliennes sont activement en train de nettoyer le centre de la bande de Gaza pour démanteler les quatre bataillons du Hamas qui s’y trouvent. L’armée israélienne mène des opérations de nettoyage à Bureij et Maghazi, dans le gouvernorat central de la bande de Gaza, le 12 janvier. Le 414e bataillon de reconnaissance de Tsahal a mené une frappe de drone visant un combattant palestinien qui leur avait tiré dessus depuis un bâtiment à Bureij. [25] La 36e division de Tsahal a tué 20 combattants palestiniens les 11 et 12 janvier, dont un commandant des forces Nukhba (d’élite) du Hamas, et s’est emparée de nombreuses armes lors d’opérations de nettoyage à Maghazi. [26] Les milices palestiniennes tentent de se défendre contre les opérations de nettoyage israéliennes dans le gouvernorat central. L’aile militaire autoproclamée du Fatah, les Brigades des martyrs d’al-Aqsa, a tiré des grenades propulsées par fusée (RPG) sur l’infanterie israélienne alors qu’elle avançait à Maghazi. [27] Les médias palestiniens ont rapporté que des bulldozers et des chars israéliens opéraient au nord de Nuseirat le 12 janvier. [28] L’aile militaire du Front démocratique de libération de la Palestine (FDLP), les Brigades de résistance nationale, a tiré un RPG sur un véhicule israélien qui avançait au nord-est de Nuseirat. [29] Les Brigades des moudjahidines ont affirmé qu’elles s’étaient affrontées avec les forces israéliennes et avaient ciblé des blindés israéliens à l’aide d’armes non spécifiées à l’est de Nuseirat. [30] L’armée israélienne a poursuivi ses opérations de nettoyage à Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, le 12 janvier. La 98e division de Tsahal a dirigé des frappes aériennes visant un bâtiment contrôlé par le Hamas et a tué un commandant des forces Nukhba du Hamas et six autres combattants du Hamas. [31] L’armée israélienne a déclaré que le commandant du Hamas Nukhba avait participé à des attaques contre des villes israéliennes proches de la bande de Gaza le 7 octobre. [32] La 89e brigade de commandos (affectée à la 98e division) a également tué trois combattants du Hamas à Khan Younis. [33] Les forces israéliennes ont localisé des armes et des RPG dans la région et détruit une cache d’armes. [34] Les milices palestiniennes ont tenté de se défendre contre les opérations de nettoyage israéliennes à Khan Younis le 12 janvier. Les Brigades al-Qods ont engagé les forces israéliennes dans des affrontements à l’arme légère et ont tiré un RPG visant un bulldozer israélien dans la ville de Khan Younis. [35] Les Brigades al-Qods ont également tiré des obus de mortier sur les forces israéliennes dans le centre de Khan Younis. [36] Les Brigades al-Qods ont déclaré avoir attaqué au mortier les forces israéliennes dans le centre de Khan Younis lors d’une opération combinée avec les Brigades des martyrs d’al-Aqsa. [37] L’armée israélienne a déclaré que les forces israéliennes avaient détruit plus de 700 roquettes et lance-roquettes du Hamas dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas.[38] L’armée israélienne a déclaré le 12 janvier que la brigade Golani de Tsahal (affectée à la 36e division) avait détruit des lance-roquettes dans un cimetière de la bande de Gaza. [39] L’armée israélienne a déclaré qu’elle visait à détruire les capacités de lancement de roquettes du Hamas dans la bande de Gaza et à mettre fin aux attaques de roquettes du Hamas sur Israël. [40] Les Brigades al-Qassem n’ont mené que cinq attaques à la roquette sur Israël depuis la bande de Gaza depuis le 21 décembre, ce qui indique que les opérations israéliennes ont dégradé la capacité de roquettes du Hamas. [41] L’armée israélienne a déclaré le 11 janvier que les forces israéliennes continuaient de localiser et de détruire les tunnels du Hamas dans la bande de Gaza.[42] L’armée israélienne a rapporté que le Hamas a dépensé des dizaines de millions de dollars pour construire des centaines de kilomètres de tunnels. [43] De hauts responsables israéliens non spécifiés ont déclaré à The Economist le 11 janvier que l’armée israélienne n’avait pas encore détruit la moitié des tunnels du Hamas dans la bande de Gaza. [44]
    1 point
  43. Prigogine présentait le tableau différemment..............il ne peut plus le faire
    1 point
  44. https://mobile.francetvinfo.fr/economie/aeronautique/la-nasa-prend-des-images-inedites-des-ondes-de-choc-de-deux-avions-franchissant-ensemble-le-mur-du-son_3225307.amp
    1 point
  45. Pour l'exemple que l'influence des pilotes peut avoir, nous avons mis énormément de temps à passer à l'HBE lourd, alors qu'un Super Puma largue 5000 l d'eau là ou un Canadair en largue 6000. Sauf que le puma peut se ravitailler dans la moindre mare ou le moindre étang à proximité avec un peu de profondeur. En multipliant avec la fréquence de rotation, tu peux rapidement te retrouver avec un Super Puma plus efficace qu'un Canadair. Mais il a fallu attendre l'été catastrophique 2022 pour faire sauter les tabous, que la flotte d'ABE soit dépassée numériquement pour qu'on accepte de contracter en urgence auprès de sociétés privées opérant des EC225. Et ça a fait plus que le job. Pradon, l'inspecteur général nommé chef d'état major de la sécurité civile pour réaligner tout le monde aux standards feux de forêts suite à 2022 est un fervent partisan des HBE lourd. Mais on dérive.
    1 point
  46. Tous ces paramètres dependent davantage de la conduite de tir que du missile en lui-même. Qu'il y ait un ou cinquante assaillants ne change virtuellement rien au niveau de l'Aster (tant que les lois de guidage et de pilotage sont adaptées), ce sont le(s) radar(s) et le software du système qui vont limiter les capacités d'engagement. Le type de cible engagées par le SAMP/T en Ukraine n'est pas connu. S'il s'agit de drones et de missiles de croisière, encore heureux que le système performe correctement, ce sont les cibles les plus faciles à traiter... Idem, il n'y a aucune difficulté technique ou tactique à traiter deux drones subsoniques au-dessus de la mer. On sait que le missile fonctionne bien, mais pas grace aux ukrainiens ou aux tirs en mer rouge. Les campagnes d'essai DGA/AAE/indus de 2011/2013 sont là où le missile a été poussé dans ses retranchements, avec des tirs sur séparation de pistes et sur missiles balistiques. En dehors de ces essais, je n'ai pas de souvenir de scénarios réellement complexes de test. Les tirs de la MN, par exemple, se font toujours en environnement EM clair, alors qu'il est fortement probable qu'une attaque super/hypersonique réelle impliquerait du leurrage, du brouillage et de la déception. Les chiffres sont rarement pertinents quant on parle de nos productions. Par exemple, RTX produit presque 600 PAC-3 MSE et 400 PAC-2 GEM-T par an. L'US Army dispose de 1600 PAC-3 MSE, d'environ 800 PAC-2 GEM-T, et de quelques centaines de PAC-2 GEM/GEM+. De manière similaire, l'US Navy dispose de quelques milliers de SM-2/6. Les clients du Patriot se comptent en dizaines, et les tirs Patriot en situation de guerre en centaines (voir en milliers, maintenant). L'Aster 30 est une étrangeté dans le monde des missiles, l'Aster 15 une rareté. D'ailleurs, j'en profite pour dire que le Block 1NT est l'aboutissement ultime de la famille Aster dans sa forme actuelle. Il ne sera pas possible d'augmenter les performances (notamment cinématiques) du missile composite au-delà de ce qui est proposé par le SAMP/T NG Phase 1 et les versions "NT-isées" de PAAMS. D'où les travaux préparatoires sur de nouveaux effecteurs SAM et ABM de rupture.
    1 point
  47. Divers autres sources autour de Jacques BLAMONT : https://www.lhistoire.fr/la-france-spatiale-tout-commence-à-colomb-béchar https://www.glunis.com/XX/Unknown/925976314113223/Latmos Jacques BLAMONT prépare un instrument ( Colomb-Béchar 59 ), pour une fusée Véronique ( photo en dessous ), puis le nuage de Sodium dans la Turbopause ( photo de 59, couverture d' un Air & Cosmos de 64 )
    1 point
×
×
  • Create New...