Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Guerre Russie-Ukraine 2022+ : Opérations militaires


Recommended Posts

Le 21/12/2022 à 17:07, Akhilleus a dit :

Ce sont les chiffres qu'on avait lors de la Guerre Froide en France avec un budget de la défense de l'ordre de 3%

On est encore loin de l'époque de l'Union Soviétique (20% du PIB, 2,5% de la population totale dans les forces armées actives, ca montait à 3,5% avec l'appareil d'état de sécurité interne (MVD et autre)

Certes, mais les dynamiques démographiques étaient alors bien différentes et le ratio actifs/non-actifs d'un ordre tout autre. L'ardoise démographique sera également très lourde côté ukrainien.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

Il y a 7 heures, Ciders a dit :

Je ne sais pas si on l'avait dit mais le Hip descendu sur l'île aux Serpents était bien russe :

 

 

… Oui, je crois que c’est un tir de missile depuis un Bayraktar, la scène est filmé en direct -voie IR- et ce qui est terrible, c’est que lorsque le MI-8 explose il y a un groupe de soldats qui où en descendait ou y montait ! La guerre en direct  est abject !

Link to comment
Share on other sites

Shoigu annonce hier que 100000 soldats russes ont été médaillés durant cette guerre.

Le Général en chef Ukrainien annonce aujourd'hui que 100000 soldats russes ont été tués.

Coincidence ?

 

***

 

Le calendrier de l'avent russe...-  affreux.

 

Edited by BP2
Link to comment
Share on other sites

Il y a 14 heures, Akhilleus a dit :

Oui mais comme je l'ai et tu l'as précisé ce format BTG/GTIA est (était) déséquilibré (trop de véhicules, trop d'artillerie, pas assez d'infanterie, pas assez d'éléments supports organiques) et trop rigide pour la concentration des appuis en dehors de son propre périmètre d'action

Il a fallu que les russes sortent leurs appuis d'artillerie des BTG et les concentrent en unités (bataillons voire brigade indépendante des BTG) pour retrouver de l'efficacité

Cette volonté de reconcentrer les divers éléments de force vient peut etre aussi de là

 

Ils ont (et avaient) déjà ces concentrations d'appuis au niveau des brigades, divisions et armées... Ce n'est donc pas une rupture, et encore une fois je ne conçois aucune opposition entre BTG (ceux qui sont au contact) et divisions (ceux qui appuient et encadrent la manœuvre des BTG). Les deux sont nécessaires. La question pourrait en effet être (mais ces annonces n'en disent rien) comment se restructurent éventuellement ces BTG, ou plus efficace probablement comment donner de l'agilité aux structures russes dans l'utilisation de leurs moyens.

Il y a 14 heures, Heorl a dit :

Par contre, le niveau division va sans doute limiter un des problèmes propres aux Russes dans leur mise en place des BTGs : la surspécialisation des cadres. Les officiers subalternes russes sont des spécialistes d'un type de SA, de tactique, de formation, ils ne sont pas généralistes au même niveau que les officiers occidentaux de même rang car on attend pas d'eux le même niveau de subsidiarité.

Cela fait qu'au niveau BTG, la moindre perte d'officiers se fait durement sentir, car si au niveau bataillon tu perds un officier sur cinq au bout d'une semaine de combat (ce qui au vu des pertes actuelles et de la nécessité pour les Russes de commander depuis l'avant me semble tout à fait plausible), tu perds en permanence des compétences rares et difficiles à refaire. La structure tertiaire n'aide pas non plus d'ailleurs à la redondance et à la résilience des compétences au sein des unités. 

Le niveau divisionnaire permet de mitiger cette érosion des compétences tactiques en utilisant un "pool" de chefs tactiques bien plus grand et donc qui permet un niveau de pertes plus acceptable avant la mise hors de combat de l'unité.

Idem. Ces officiers de la division doivent eux aussi être répartis entre les BTG, et c'était déja le cas. Le problème n'est pas sur une opposition BTG/divisions qui n'a pas de sens mais sur le vivier d'officiers et éventuellement leur capacité d’initiative.

Edited by gustave
  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 13 minutes, gustave a dit :

Idem. Ces officiers de la division doivent eux aussi être répartis entre les BTG, et c'était déja le cas. Le problème n'est pas sur une opposition BTG/divisions qui n'a pas de sens mais sur le vivier d'officiers et éventuellement leur capacité d’initiative.

Dans une structure hiérarchique, le manque de capacité d'initiative est moins grave que dans une structure en réseau.

Link to comment
Share on other sites

il y a 4 minutes, Picdelamirand-oil a dit :

Dans une structure hiérarchique, le manque de capacité d'initiative est moins grave que dans une structure en réseau.

C'est vrai si l'information circule correctement et suffisamment vite, et si la formation des officiers leur permet d'utiliser efficacement tous leurs moyens. Or ces deux impératifs se sont avérés largement insuffisants pour répondre à l'imprévu de la situation initiale puis de l'évolution du conflit.

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 15 minutes, gustave a dit :

Ils ont (et avaient) déjà ces concentrations d'appuis au niveau des brigades, divisions et armées... Ce n'est donc pas une rupture, et encore une fois je ne conçois aucune opposition entre BTG (ceux qui sont au contact) et divisions (ceux qui appuient et encadrent la manœuvre des BTG). Les deux sont nécessaires. La question pourrait en effet être (mais ces annonces n'en disent rien) comment se restructurent éventuellement ces BTG, ou plus efficace probablement comment donner de l'agilité aux structures russes dans l'utilisation de leurs moyens.

Idem. Ces officiers de la division doivent eux aussi être répartis entre les BTG, et c'était déja le cas. Le problème n'est pas sur une opposition BTG/divisions qui n'a pas de sens mais sur le vivier d'officiers et éventuellement leur capacité d’initiative.

Ce que je voulais dire, c'est qu'on va sans doute voir les Russes limiter le nombre de BTG par division/brigade. Leur modèle d'avant-guerre demandait un minimum de deux BTG par unité de ce niveau, or la plupart des divisions et brigades russes avaient toutes les peines du monde à fournir le deuxième en cadres et en spécialistes. En limitant le nombre de BTG à un par division, il peut y avoir un meilleur roulement des pax et donc une plus grande durabilité de l'unité au combat. Le BTG deviendrait alors la "division de combat" englobé au sein d'une division plus grande qui servirait d'entité gérant le même secteur que le BTG mais dans la profondeur avec un plus grand parc d'appuis et la gestion des soutiens.

  • Upvote 2
Link to comment
Share on other sites

Près de 10 mois après avoir espéré conquérir les 230 000 miles carrés de l'Ukraine en quelques jours, la Russie a réduit son objectif militaire immédiat à la "libération" de la République populaire de Donetsk (RPD). "Les principaux efforts des forces armées russes visent à achever la libération du territoire de la RPD", a déclaré le chef d'état-major de l'armée russe, Valery Gerasimov, lors d'un briefing jeudi, selon le canal Telegram du média d'État russe RIA Novosti.

Cette annonce intervient alors que la Russie a subi d'énormes pertes en personnel, en matériel et en territoires conquis depuis le lancement de son invasion totale en février. Les forces russes ont été repoussées au-delà de la rivière Dnipro dans l'oblast de Kherson, presque jusqu'à la frontière dans l'oblast de Kharkiv et profondément dans l'oblast de Donetsk.

https://www.thedrive.com/the-war-zone/ukraine-situation-report-russia-now-focused-on-liberating-donetsk

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

On 12/22/2022 at 3:41 PM, Akhilleus said:

Si ils estiment que le cadre division leur fourni ce schéma (une division anciennement soviétique de fusilier moto c'est 3 régiments d'infanterie, 1 régiment de char mais surtout toutes les structures d'appui annexes qui ont fait défaut depuis Février aux sous unités russes à savoir un bataillon de reco, un bataillon sanitaire, un NRBC, un de com/GE et un appui divisionnaire avec un régiment d'artillerie et un de LRM)

Ces éléments sont présents dans l'organigramme actuel des divisions et brigades russes (les LRM sont dans le Rgt d'Artillerie, pas en dehors (les bataillons anti-char sont en dehors cependant)).

Organisation de la 2e GMRD (2022) et de la 200 SMRB (2019), d'après BattleOrder:

Quote

a137e0_5d28055a44c342df9c069a35221e5861~

a137e0_35b30959589044e3be145fc6bd40e950~

Le problème du BTG est à ma connaissance qu'il ne permet pas le déploiement de toute la force d'une division (en tout cas il ne le permettait pas car le but principal était de prendre les éléments volontaires d'une division pour déploiement à l'étranger) et que, si je comprend bien, il est assez rigide une fois déployé.

Là où une brigade occidentale organisée en task forces (GTIA) pourrait réorganiser ses éléments au vol selon les besoins (i.e. échangeant, attachant et détachant des compagnies, escadrons, batteries et pelotons selon les besoins), le BTG reste tel quel. Je ne sais pas à quel point c'est doctrinal ou à cause du dispositif de déploiement en Ukraine. Il faudrait remonter dans le fil mais il m'avait semblé que des certains QG devaient faire pas mal de micromanagement entre les différentes composantes parce que les QG des échelons intermédiaires n'était pas déployés (ou pas à capacité suffisante).

  • Thanks 2
Link to comment
Share on other sites

 

https://war.obozrevatel.com/ukr/dlya-zvilnennya-krimu-ne-obovyazkovo-tankami-shturmuvati-perekop-general-godzhes-pro-ozbroennya-yake-potribne-zsu.htm?_ga=2.52858792.1244384872.1670851021-845865399.1648611638&_gl=1*bzi53*_ga*ODQ1ODY1Mzk5LjE2NDg2MTE2Mzg.*_ga_JBX3X27G7H*MTY3MTcyNTg4OS4xMzcuMS4xNjcxNzMwOTM2LjMwLjAuMA..

Pour libérer la Crimée, il n’est pas nécessaire de prendre d’assaut Perekop avec des chars: le général Hodges sur les armes nécessaires aux forces armées ukrainiennes

Les assauts sanglants et lourds sur la Crimée occupée par la Russie ne sont pas du tout une condition préalable à la libération de la péninsule ukrainienne. Il est possible de « presser » les forces d’occupation de la Fédération de Russie de la Crimée en lançant des frappes sur le pont de Kertch et le « corridor terrestre » qui traverse le Melitopol temporairement capturé par la Fédération de Russie de la région de Zaporozhye.

Si l’armée ukrainienne reçoit des missiles ATACMS à longue portée et peut lancer de telles frappes, la Crimée pourrait être désoccupée d’ici la fin de l’été 2023. C’est ce qu’a déclaré Ben Hodges, lieutenant-général à la retraite de l’armée américaine, ancien commandant des troupes américaines en Europe, cité par Voice of America.

Selon Hodges, il n’est pas nécessaire de prendre d’assaut Perekop pour libérer la Crimée - il suffit de frapper régulièrement les routes logistiques des troupes russes: le pont illégal de Kertch et le « corridor terrestre » à travers Melitopol.

« Si les Ukrainiens avaient des missiles à longue portée ATACMS maintenant, ils pourraient déjà bombarder tous les quartiers généraux russes, tous les centres de transport ou les dépôts de munitions en Crimée, ce qui rendrait la péninsule impropre au séjour des forces armées russes », a déclaré Hodges.

Il est convaincu que la péninsule de Crimée ressemble désormais à un piège pour les Russes.

Hodges a également noté que l’administration du président américain Joe Biden est dominée par l’opinion selon laquelle la désoccupation de la Crimée pourrait conduire à une nouvelle escalade avec l’utilisation possible d’armes nucléaires. Ce sont ces craintes qui dissuadent les États-Unis d’envoyer des armes offensives à l’Ukraine.

« Trop de membres de l’administration américaine doutent qu’il soit possible de forcer les Russes à quitter la Crimée. Quelque part au fond, ils pensent que c’est impossible. Et qu’une telle tentative conduira à une escalade à l’aide d’une bombe atomique », a déclaré l’armée.

Dans le même temps, il est convaincu que la Crimée deviendra pour l’Ukraine « la clé de la victoire, un territoire décisif ».

« La Maison Blanche doit dire : nous voulons que l’Ukraine gagne. La guerre dure depuis 10 mois, et la Maison Blanche ne peut pas surmonter cette dernière petite barrière et dire : « Nous ferons tout pour que l’Ukraine gagne. » S’ils disaient cela, alors toutes les discussions sur la quantité et les armes à donner ne seraient même pas un sujet de discussion... Je prédis que l’Ukraine libérera la Crimée d’ici la fin de l’été prochain, c’est-à-dire d’ici la fin du mois d’août 2023 », a-t-il déclaré.

« Si nous n’aidons pas l’Ukraine à retrouver son territoire souverain en Crimée, dans quelques années, nous serons assurés d’obtenir la prochaine phase du conflit », a résumé Hodges.

Plus tôt, le général Hodges a évalué l’état de préparation de la Russie à rassembler des forces pour une nouvelle offensive contre l’Ukraine. Il est convaincu que la Russie est incapable de se préparer à une nouvelle offensive contre l’Ukraine en février. Les envahisseurs, à son avis, n’auront tout simplement pas le temps de le faire.

  • Confused 1
  • Upvote 3
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Valy a dit :

Si l’armée ukrainienne reçoit des missiles ATACMS à longue portée et peut lancer de telles frappes, la Crimée pourrait être désoccupée d’ici la fin de l’été 2023. C’est ce qu’a déclaré Ben Hodges, lieutenant-général à la retraite de l’armée américaine, ancien commandant des troupes américaines en Europe, cité par Voice of America.

A garder en mémoire, cette information originellement publiée par le Wall Street Journal début décembre comme quoi les Himars livrés par les États Unis en Ukraine ont été au préalable modifiés pour les rendre incapables de tirer des Atacms.

De peur que d'autres pays n'en fournissent à Kiev, qui pourrait alors impliquer Washington dans ce genre de frappe en utilisant les Himars fournis par les États-Unis.

Washington pourrait il revenir sur cette décision ? Théoriquement oui. Mais remodifier les Himars dans l'autre sens prendrait un temps indéterminé.

Et surtout le soin avec lequel les Américains se protègent de toute situation qui risquerait de les impliquer dans une escalade avec la Russie... est remarquable.

Non qu'ils aient forcément tort, d'ailleurs.

Qui est Hodges ? Eh bien, c'est un général à la retraite. Est-il si âgé ? Peut-être pas tant que ça. Peut-être même est-il plus jeune que le président américain ? Mais il y a une différence fondamentale entre les deux.

Joe Biden n'est pas à la retraite, lui. Il est aux responsabilités. Il prend les décisions, il définit les risques à prendre et les risques à refuser, et il a à en porter le poids.

C'est un peu plus difficile pour lui que de parler à des journalistes 

  • Upvote 1
Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Alexis a dit :

A garder en mémoire, cette information originellement publiée par le Wall Street Journal début décembre comme quoi les Himars livrés par les États Unis en Ukraine ont été au préalable modifiés pour les rendre incapables de tirer des Atacms.

De peur que d'autres pays n'en fournissent à Kiev, qui pourrait alors impliquer Washington dans ce genre de frappe en utilisant les Himars fournis par les États-Unis.

Washington pourrait il revenir sur cette décision ? Théoriquement oui. Mais remodifier les Himars dans l'autre sens prendrait un temps indéterminé.

Et surtout le soin avec lequel les Américains se protègent de toute situation qui risquerait de les impliquer dans une escalade avec la Russie... est remarquable.

Non qu'ils aient forcément tort, d'ailleurs.

Qui est Hodges ? Eh bien, c'est un général à la retraite. Est-il si âgé ? Peut-être pas tant que ça. Peut-être même est-il plus jeune que le président américain ? Mais il y a une différence fondamentale entre les deux.

Joe Biden n'est pas à la retraite, lui. Il est aux responsabilités. Il prend les décisions, il définit les risques à prendre et les risques à refuser, et il a à en porter le poids.

C'est un peu plus difficile pour lui que de parler à des journalistes 

Et on est sûr que tous les M270 fournis par les pays tiers ont été modifiés de la même façon ?

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Ciders a dit :

Un cas exceptionnel (?) d'affectation "particulière" sur le front côté russe :

 

 

Mais que font les RH ?

Blague à part, j'ai vraiment compris que la mobilisation générale russe était inévitable, lorsque j'ai vu une série de nécrologies (en septembre, dans une vidéo de Perun): 

des soldats russes morts en Ukraine, qui étaient habituellement affectés à la sécurisation des ICBM (!!!) russes.

  • Confused 1
Link to comment
Share on other sites

il y a 8 minutes, rogue0 a dit :

Mais que font les RH ?

Blague à part, j'ai vraiment compris que la mobilisation générale russe était inévitable, lorsque j'ai vu une série de nécrologies (en septembre, dans une vidéo de Perun): 

des soldats russes morts en Ukraine, qui étaient habituellement affectés à la sécurisation des ICBM (!!!) russes.

Oui, on a vu passer des cas de soldats affectés aux RSVN. Mais j'ose espérer qu'il s'agit de... dérangements administratifs.

Link to comment
Share on other sites

  • Rob1 locked this topic
  • Rob1 unlocked this topic

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Restore formatting

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

  • Member Statistics

    5,964
    Total Members
    1,749
    Most Online
    Mathieu
    Newest Member
    Mathieu
    Joined
  • Forum Statistics

    21.5k
    Total Topics
    1.7m
    Total Posts
  • Blog Statistics

    4
    Total Blogs
    3
    Total Entries
×
×
  • Create New...