Leaderboard


Popular Content

Showing content with the highest reputation on 08/24/2020 in all areas

  1. 7 points
    Lorsque j'écoute mon entourage, notamment familial, j'ai surtout l'impression que les générations les plus anciennes, la mienne comprise, n'ont pas tout à fait saisi l'ampleur des problématiques qu'ils laissent à leur descendance. Les plus anciens de mes oncles et tantes en sont encore à se satisfaire du magnifique patrimoine qu'ils auront transmis aux générations suivantes et de l'oeuvre bienfaitrice qu'ils auront donc commise pour la société. J'ai l'impression que le coup de balai sera nécessairement... énergique. Et les contrats sociaux, engageant jusqu'alors d'une certaine manière les générations les plus récentes à l'endroit des générations les plus anciennes, risquent d'être dénoncés.
  2. 5 points
    Dans les derniers messages, je pointe deux choses: Les divergences sont effectivement en partie construites et pérennisées par le système électoral. C'est un scrutin proportionnel par circonscriptions, comme l'a rappelé @mehari, mais il faut aussi préciser pour nos amis Français que les partis ne sont pas les mêmes: il y a un parti libéral flamand et un parti libéral francophone, un parti socialiste flamand et un parti socialiste francophone, etc. Si les partis "frères" conservent des liens, ils sont néanmoins chacun pris dans des logiques spécifiques et divergentes, qui font que sur certaines questions il peut y avoir plus de différence entre socialistes francophones et flamands qu'entre libéraux et socialistes flamands, par exemple. Concrètement, ça donne un système un peu bizarre où le fait qu'on ne peut pas voter pour les mêmes partis au nord et au sud contribue à bloquer les choses. Par exemple, aux dernières législatives, les vainqueurs en Flandre sont l'extrême-droite nationaliste (VB) et les nationalistes flamands (N-VA), tous deux très à droite, et qui n'ont pas d'équivalent côté francophone. Côté francophone, les vainqueurs sont les écologistes et l'extrême-gauche, qui ont des équivalents en Flandre mais c'est compliqué. Enfin, le tout se joue sur un nombre limité de sièges (le "vainqueur" il gagne 1 ou 2 sièges, le perdant en perd autant, mais globalement ça varie peu). Bref faire une coalition qui respecte l'esprit du résultat du vote est directement un casse-tête: il faudrait idéalement allier des nationalistes flamands très très à droite avec des écologistes et l'extrême-gauche post-stalinienne, le tout avec l'aval d'autres partis car aucun de ces attelages ne peut seul avoir la majorité. C'est un peu comme s'il fallait essayer de faire un gouvernement franco-allemand avec l'AFD, la CDU et la France Insoumise et les Verts, sans s’aliéner les socialistes et LR. Pas étonnant que les négociations sont... compliquées! Il n'est pas faux de dire que la Flandre a été en partie francophone. Mais il faut le contextualiser parce que c'est un des ressorts de la question linguistique, donc des tensions communautaires structurantes de la Belgique contemporaine. Longtemps, le Néerlandais n'a tout simplement pas été reconnu. Le Français était la langue de fait de l'Etat, de l'enseignement, de la politique, etc., alors même qu'une moitié de la population était néerlandophone. La bourgeoisie et les élites, qui faisait des études et souhaitait se distinguer du bas peuple et des domestiques parlait français, certes, mais le reste de la population flamande non. C'est une des origines du mouvement flamand: obtenir une vraie reconnaissance de la langue néerlandaise, à égalité avec le français. C'est, en gros, acquis entre 1900 et 1950. Depuis, une véritable identité culturelle et linguistique flamandes existent, et si une partie des néerlandophones parlent français, parce qu'ils l'ont appris à l'école, ils se pensent d'abord comme néerlandophones (voire flamands), ce qui n'était pas le cas des élites flamandes du début du 20è siècle. Ce changement est extrêmement important, très profond, et explique en grande partie la complexité de l'état belge (pensé pour garantir les droits d'abord linguistiques et culturels des uns et des autres, qui se sont depuis transformés en enjeux politiques, économiques, etc.). Edit: pour ceux qui veulent aller plus loin: https://www.cairn.info/journal-pouvoirs-2011-1-page-37.htm#
  3. 5 points
    Des problème de développement de la SDB II. Une pièce de sécurité subit trop de vibration et pourrait provoquer des dommages importants surtout sur le f-35 qui porte les SDB en soute. https://www.defensenews.com/air/2020/06/12/production-of-one-of-the-f-35s-most-anticipated-bombs-has-been-on-hold-for-almost-a-year/ WASHINGTON - Les livraisons d'une nouvelle bombe à guidage de précision en cours de développement par Raytheon pour le F-35 et d'autres avions de chasse sont au point mort depuis environ un an, la société s'efforçant de corriger un problème technique impliquant un composant clé. Une solution à ce problème, qui a entraîné l'arrêt de la production de la bombe de petit diamètre II en juillet 2019, pourrait être approuvée par le gouvernement dès juillet, a déclaré le porte-parole de l'armée de l'air, le capitaine Jake Bailey, en réponse aux questions de Defense News. Cependant, un rapport de juin du Government Accountability Office a souligné que des problèmes techniques persistants ont déjà causé un retard dans la mise en service de la munition, Raytheon ayant été obligé de revoir la conception d'un élément clé et de moderniser les 598 bombes déjà livrées à l'armée de l'air et à la marine. La bombe de petit diamètre II - également connue sous le nom de StormBreaker GBU-53 - a été conçue avec un viseur trimode qui comprend un radar à ondes millimétriques, un infrarouge imageur et un laser semi-actif qui permettent à l'arme d'engager des cibles dans toutes les conditions météorologiques et dans des environnements où la visibilité est obscurcie par la poussière et les débris. L'armée de l'air et la marine prévoient d'intégrer la SDB II à une gamme d'avions de combat comprenant le F-15, le F/A-18 Super Hornet et le chasseur d'attaque interarmées F-35, mais la munition est en cours de développement depuis plus de dix ans. Ce dernier arrêt de la production a été provoqué par des audits internes de Raytheon, qui ont constaté que les clips utilisés pour maintenir les ailerons de la bombe en place "ont souffert de fatigue due aux vibrations pendant de longues heures de vol", a déclaré M. Bailey. Les clips servent "de dispositif de stockage de secours des ailerons" utilisés pour maintenir les ailerons en place en cas de défaillance d'autres composants, a noté M. Bailey, qui a ajouté qu'il n'y a eu aucun incident lors des tests impliquant le déploiement par inadvertance des ailerons de la SDB II. Cependant, le GAO a écrit que le déploiement prématuré des ailerons, qui aident à guider la bombe en vol, pourrait endommager l'arme ainsi que causer un risque de sécurité pour l'avion qui la transporte. "Bien que ce problème puisse affecter tous les avions transportant la bombe, les responsables ont déclaré que l'impact le plus important concerne le F-35, car la bombe est transportée dans la soute à armes interne de l'avion et pourrait causer de sérieux dommages si les ailerons se déploient alors que la bombe est dans la soute", a déclaré le GAO. Raytheon a refusé de commenter cette histoire, adressant ses questions à l'armée de l'air. Raytheon prévoit d'atténuer le problème grâce à un nouveau clip qui réduit les vibrations des ailerons, et paiera entièrement le développement de la fixation et sa mise en place sur les bombes qui ont déjà été livrées, a déclaré le GAO. L'armée de l'air a confirmé que les tests du nouveau dispositif ont déjà été effectués et qu'ils font l'objet d'un examen final. Mais alors que Raytheon et l'Armée de l'air avaient espéré reprendre la production en avril, les restrictions de voyage causées par la pandémie mondiale actuelle de COVID-19 ont contribué à de nouveaux retards. Le gouvernement espère maintenant approuver le correctif en juillet, après quoi la production reprendra et le processus de mise à niveau des bombes existantes commencera. L'échec de la pince à ailettes est la seule raison pour laquelle la production a été partiellement arrêtée ; une fois l'approbation finale du gouvernement obtenue, la production "complète" pourra reprendre", a déclaré M. Bailey, en utilisant une expression qui décrit une arme entièrement assemblée. L'armée de l'air estime que les modifications seront terminées d'ici le mois d'août, car le fournisseur de Raytheon a déjà commencé à fabriquer les composants de remplacement, qui sont faciles à installer sur l'extérieur de l'arme. "Jusqu'à ce que la production reprenne, le total des livraisons du lot 3 reste à 204 des 312 actifs sous contrat", a déclaré Bailey. Tout cela place la capacité opérationnelle initiale au moins un an plus tard que le calendrier initial du service, qui prévoyait que la COI aurait lieu en septembre 2019. L'armée de l'air a refusé de donner une estimation actuelle de la date de réalisation de l'IOC, mais a déclaré que cela se produirait après une étape distincte connue sous le nom de "décision initiale de mise en service", qui implique l'approbation du chef du commandement du combat aérien et est fixée au troisième trimestre de 2020. Le problème des ailerons de la SDB II n'est qu'un des nombreux problèmes techniques auxquels Raytheon est confronté. Le programme a terminé ses tests opérationnels en 2019, mais des changements de matériel et de logiciel sont nécessaires après que 11 défaillances aient été signalées. Deux correctifs matériels ont déjà été mis en place, et huit défaillances étaient liées à des problèmes logiciels qui seront traités dans les futures mises à jour, a déclaré le GAO. La seule question en suspens concerne une anomalie du système de guidage des SDB II. Sa réparation pourrait nécessiter que Raytheon reconçoive le composant et effectue des mises à niveau sur toutes les bombes déjà livrées, selon le GAO. Un comité de révision du problème est en "phase finale d'analyse", a déclaré Bailey. L'armée de l'air et Raytheon prévoient d'établir si un composant de remplacement est nécessaire au plus tard le 30 juin. Bien que l'arme n'ait même pas été officiellement mise en service, certains composants deviennent déjà obsolètes. Un sous-traitant de Raytheon qui fabrique les cartes de circuit utilisées dans le système de guidage devrait cesser de produire ces composants des années plus tôt que prévu. En conséquence, le Département de la Défense pourrait devoir commander toutes les cartes de circuits imprimés nécessaires au programme de référence avant décembre, selon le GAO. Ce délai a maintenant été prolongé jusqu'en janvier 2022, "ce qui laisse amplement de temps au bureau du programme pour agir avant la nouvelle date limite", a déclaré M. Bailey. Malgré les problèmes actuels de la bombe, Raytheon continue à ratisser des contrats pour le programme. En février, le ministère de la défense a accordé une augmentation de 15 millions de dollars à un précédent contrat SDB II pour un soutien technique supplémentaire. En septembre, la société a reçu un contrat de 200 millions de dollars pour le soutien du cycle de vie pendant la phase de développement de l'ingénierie et de la fabrication de la bombe. Selon un communiqué de presse de Raytheon, la Marine a récemment effectué le premier largage guidé de SDB II à partir d'un F/A-18E/F Super Hornet. Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)
  4. 5 points
    Je dit cela comme ça... A Tripoli c'est l'émeute ce début de soirée. Des mercenaires syriens on ouvert le feu sur un cortège de manifestants ( surtout des femmes ) Qui protestaient contre la pauvreté et les prix. Cela doit justifier de beaucoup de revirement ces dernier temps, la population de tripoli commence a en avoir marre, mercenaire étranger qui font la loi, gros problème de sécurité, problème des prix etc etc...
  5. 5 points
    le BMP 3 possde un canon basse pression, rien à voir en terme de poids avec un canon à haute vitesse initiale, même à faible effet de recul. Avec un 120 mm FER, le VBCI devient un engin de combat de cavalerie, il ne transportera plus un groupe d'infanterie. Pour revenir aux engins de combat d'infanterie, ils portent au mieux un calibre léger à moyen ( du 25 au 57 russe) avec éventuellement des missiles anti-chars comme le Bradley US. Pour information le 25 mm est loin d'être dépassé dans le rôle du VBCI vue par l'infanterie française, certes un 40 CTA serait plus performant mais avec quelles conséquences sur le volume interne, l'emport en munitions: l'armée de terre envisage t-elle de faire évoluer l'armement du VBCI? pour cela encore faudrait-il que les missions de nos VBCI impliquent un rôle direct dans la destruction des VCI adverses, ce qui au vu des derniers venus dans ce domaine nécessiterait un calibre moyen. Hors aujourd'hui les VBCI, en France, n'ont pas pour mission première la destruction des VCI adverses mais l'appui de l'infanterie débarquée, même si le 25 du VBCI peut percer le flanc la plupart des VCI actuels Personnellement je n'aime pas trop l'idée de faire jouer le rôle de chasseur à un engin transportant 11 hommes, cela étant dit, il est toujours intéressant de posséder cette capacité en appui.
  6. 4 points
    C'est même extrêmement rare, le propre du "journalisme" de nos jours étant de faire passer, plus ou moins subtilement, l'exception pour la norme afin de vendre du sensationnel (ce qui tire l'oeil et le clic) sous couvert de "traiter un sujet de société". Le milieu du rodéo, aux USA, est plutôt fermé et jaloux de son expertise et de son commerce (qui n'est pas mirobolant, donc on protège son turf), et hors des purs pros (cowboys passant au rodéo à temps plein, et quelques "dynasties" se transmettant la vocation, plus quelques rares nouveaux venus apprenant par eux-mêmes), l'essentiel des participants sont des gens bossant dans des ranches et pratiquant plus ou moins occasionnellement. Il faut quand même noter que ces quantifications ne sont pas les plus pertinentes, précisément parce que retenir la race comme critère principal n'est pas la plus pertinente des nomenclatures: les populations ne sont pas comparables de par la différence de taille et de répartition socio-économique. les différences de taux d'incarcération s'effacent largement quand on s'attache plus à factoriser les tranches de revenus, le type d'environnement (quartier pourri, zone rurale ou ex-industrielle "vidée...) et la situation familiale (donc argent, géographie humaine et famille/situation héritée comme critères dominants). Pour la population noire, cela révèle plus que tous ces problèmes se concentrent sur 30% des afro-américains "du cru" (cad en excluant les migrants noirs d'Afrique, des Caraïbes et d'Amérique du Sud qui n'ont pas ces problèmes), soit la partie de cette population qui est pauvre et/ou pas trop loin de ce statut, et vit dans un environnement criminogène. Pour la population blanche, cela révèle essentiellement la même chose, à ceci près que, faisant partie d'une catégorie "blanche" bien plus vaste (et donc diverse) et en moyenne (agrégat national, soit peu révélateur, et d'autant moins que la population concernée est grande) plus riche, ces segments défavorisés deviennent presque "invisibles" puisque masqués par les grandes moyennes nationales (revenus, éducation....). Dans les deux cas, la situation des moins favorisés est "appropriée" dans le discours (produit par les élites, très majoritairement orientées vers une seule trame narrative) par le groupe racial dans son ensemble pour la présentation médiatique: les blancs défavorisés ou pas loin (environs 40-50 millions d'individus pour y aller à la louche) sont "disparus" dans un vaste ensemble (plus de 200 millions) qualifié de "privilégié", les noirs défavorisés sont utilisés pour qualifier la situation de toute la population noire (dont 60% sont considérés comme "classe moyenne" de tous types) alors que seule une portion (20 à 25%) concentre l'essentiel des problèmes. Mais un récit racial permet la trame narrative voulue: nier ce qui arrive à une vaste population blanche, et généraliser à toute la population noire ce qui arrive à ses défavorisés. Parce qu'au final, l'insuffisance d'aides, infrastructures (notamment judiciaires/associatives), d'éducation et de moyens dans les zones et couches défavorisées explique l'essentiel des différentiels de condamnation entre ceux qui, à crime équivalent, reçoivent des peines plus légères ou des exonérations, et ceux qui prennent plein pot et à répétition. L'accès à un avocat raisonnablement compétent, qui peut bosser sur le cas suffisamment longtemps, est un facteur déterminant. Après, il y a aussi ce qu'on peut difficilement changer: les antécédents déjà existants, ce qui renvoie à un problème plus vaste de pauvreté et de zones à problèmes. Mais la race n'est pas le critère de jugement, parce que les blancs pauvres, vivant dans des coins pourris, moins éduqués et sans accès à des ressources judiciaires d'une sorte ou d'une autre, prennent tout aussi cher. Y'a pas de solidarité de race qui les exonère, ou de flics (au-delà du niveau anecdotique) qui regardent ailleurs pour eux. Tout comme on peut être aussi sûrs que les noirs de classe moyenne/moyenne sup ne vont pas réellement voir beaucoup de flics leur parler dans leur vie, et, si un problème arrive, ils auront direct conseils et avocats pour ne pas souffrir de conséquences plus lourdes (même si c'est culturellement à cela qu'ils s'identifieront pour se dire "opprimés").
  7. 4 points
    AUtre méthode de détection du covid proposée par le CEA : la spectroscopie de masse : https://www.techno-science.net/actualite/detection-sars-cov-spectrometrie-masse-montre-son-potentiel-rapidite-N19871.html
  8. 4 points
    Les deux. Surtout s'il y a le risque que je ne puisse pas payer les traites... et que je sais déjà que le produit est foireux.
  9. 3 points
    C'est juste un fantasme de vengeance sociale contre un tord imaginaire.
  10. 3 points
    Expérimentations en cours de la GBU-50 (kit de guidage E-Paveway+corps de bombe Mk-84 ou BLU-109) sous Mirage 2000D. Le PDLCT fidèle au poste....
  11. 3 points
    Oui c'est bien connu et Jean Monet partageait votre avis: la France n'est juste qu'un immense sens giratoire. Qu'on applique une politique stricte de contrôles aux frontières et de taxes élevés pour tous les étrangers qui viennent chez nous pour profiter et abimer nos autoroutes qu'on a de plus en plus de mal à entretenir. Les bénéfices nous feront remonter dans les classements mondiaux de la rente touristique et nous permettront d'entretenir nos routes et nos monuments historiques sans avoir à les vendre aux plus offrants pour qu'ils les transforment en hôtels (de passes).
  12. 3 points
    Au niveau des armées ça se passe plutôt bien. Déjà à l'époque de Tanguy et Laverdure:
  13. 3 points
    C'est beaucoup plus facile en mer, étonnamment. Je ne sais pas si c'est moins cher pour autant. Il n'y a pas de risque d'avoir un propriétaire qui traîne la patte, pas de difficultés à traverser les réseaux existants. La surveillance est (aujourd'hui) aisée car le tuyau est visible de l'extérieur par un robot, idem pour les réparation : la technologie pour remonter une section de tuyau est parfaitement au point. En sonar, éventuellement. En radar, clairement pas, le pipeline est posé au fond de la Baltique. Et puis c'est oublier pas mal de choses : Gazprom a certes 50% de Nordstream, mais la boîte est installée en Suisse, et les 50 autres pourcents sont répartis entre différentes entreprises de gaz européennes. La supervision est faite depuis la Suisse par des employés prêtés par chacun des actionnaires. La construction et l'entretien sont faits par des sous-traitants classiques de l'industrie pétrolière. Bref, garder ceci secret serait très compliqué vu le nombre de personnes qui ont accès aux données et à al surveillance du tuyau.
  14. 3 points
    On ne peut pas dire non plus que les adultes éclaboussent la jeunesse de leur génie en ce qui concerne la gamme de solutions proposées...
  15. 3 points
    Devraient déjà se concentrer sur leurs études. Surtout en grammaire, le niveau est très mauvais ! Toujours est-il que de toutes façon il sera trop tard.
  16. 3 points
    Les Américains courtisent Viola Amherd avec l'avion de chasse F-35 - un regard dans les coulisses https://www.aargauerzeitung.ch/schweiz/amerikaner-umwerben-viola-amherd-mit-dem-kampfjet-f-35-ein-blick-hinter-die-kulissen-138844283
  17. 2 points
    Le X-47 et le MQ-25 ont certainement apporté bien plus d'enseignements que ce que l'on croit sur ce qui est ou pas possible avec des drones semi-autonomes.
  18. 2 points
    Je reconnais là un super-héros bien connu J'ai lu cette construction grammaticale. Je l'ai relue. Euh... ça veut dire quoi ?
  19. 2 points
    Tableau comparatif des différentes GBU et EGBU La GBU-50 est normalement la même bombe que la EGBU-10 paveway II (3e colonne) - (tout comme la GBU-49 est un renommage de l'EGBU-12) Par rapport à la GBU-24 paveway III actuellement utilisée sur M2000D et Rafale, la GBU-50 intègre un guidage INS/GPS qui la rend tout temps. Elle dispose, par ailleurs, d'un plus grand volume d’engagement à moyenne altitude. En revanche, elle est apparemment moins précise. http://kovy.free.fr/temp/rafale/pdf/RAYTHEON_rms_ps_pavewayfm_datasheet.pdf
  20. 2 points
    Peut être plus proche de Vito Cortizone, peut être ...
  21. 2 points
    Attend, attend, attend... moi (par exemple) : je ne suis pas encore retraité et je n'ai strictement "baisé" personne pour l'instant tout au contraire. Donc ! Quid et surtout comodo, quo vadis ??
  22. 2 points
    Et donc si les "cotisations" des nouveaux vont vers une épargne en capital et plus du tout vers une solidarité avec leurs aînés, comment paye-t-on les retraites de ces derniers ? Planche à billets d'état ?
  23. 2 points
    Il n'y a pas nécessairement cette idée de rejet ou d'expulsion. Les suggestions faites par Wallaby me semblent aller plutôt dans le bon sens, même si l'on perd certains sens du terme. En anglais, on traduirait sans doute cela par les driven-ones. Car le terme Getriebene peut s'entendre dans plein de sens différents, notamment dans les sens suivants : ceux qui sont conduits par, ceux qui sont poussés par, ceux qui sont mus par... avec l'idée dans la première traduction que les réfugiés ont plutôt été les objets (en l'occurrence d'une politique), dans la second qu'ils ont plutôt été pressés (notamment par le rejet des autres pays qu'ils ont pu traverser) et dans la troisième qu'ils ont plutôt été motivés (en l'occurrence par une force ou un dessein particulier); getriebene, c'est le terme que l'on utilise également en mécanique pour évoquer la propulsion ou l'entraînement d'une pièce par une autre ou sinon une source d'énergie ; getriebene peut aussi s'entendre dans le sens d'enthousiaste/vivant voire de véhément. C'est d'ailleurs pour ces multiples sens que le terme est vraiment très bien trouvé et particulièrement difficile à traduire en français. En français, on aurait peut-être pu tenter de traduire cela par "les ballottés" mais on perd alors l'idée de cette motivation propre et assez précise qui peut guider les réfugiés. PS : on identifie 22 sens différents dans ce dictionnaire des synonymes pour l'adjectif getriebene (qui est d'ailleurs plus un participé passé adjectivé qu'un réel adjectif) : https://synonyme.woxikon.de/synonyme/getrieben.php. A chaque fois que j'ai à traduire des textes allemands un peu technique mais sans plus, je me prends à imaginer la somme de cheveux qu'ont dû s'arracher les traducteurs en français des œuvres de Nietzsche ou Heidegger.
  24. 2 points
    J'essaie de m'imaginer à quoi cela pourrait ressembler... Et j'ai trouvé ça: hop hop je sorts (on est que lundi).
  25. 2 points
    la puissance de feu d'un croiseur des flingues de concours la discrétion d'une vierge désirant le rester
  26. 2 points
    quand je vois marquer F-14, je frémis
  27. 2 points
    C'est tout à fait exact mais " quelqu'un" a voulu le faire,monter tout le système ,c'était tout prêt partout ...et patatras les bonnets rouges ont effarouché le " quelqu"un " suivant (mais on rame très loin de la Medor...)
  28. 2 points
    Non: on a de plus en plus de mal à entretenir correctement nos routes et nos ponts financièrement parlant, alors les touristes qui viennent chez nous juste pour traverser et consommer a minima dans les stations services entre leur point de départ et leur point d'arrivée doivent être surtaxés pour financer les couts ! Il n'y a pas de raison que ce soit moi et vous qui payons pour les gens qui prennent la France pour un sens giratoire !
  29. 2 points
  30. 2 points
    C'est une complémentarité qui n'est pas totalement réciproque puisque si l'HDC est indispensable, le TP ne l'est pas. Donc à l'heure du choix, l'HDC passe avant et le TP devient optionnel.
  31. 2 points
    On se calme, il y a eu de très bon reportage à la TV expliquant le fonctionnement. les participants étant tous volontaires et c'est le même système de Rodéo que dans toute les states, ni plus dur ni plus cruel: https://www.courrierinternational.com/article/2012/12/03/les-prisonniers-font-leur-rodeo
  32. 2 points
    Accessoirement, le premier avion à hydrogène a volé en ...1988 (un Tupolev-155, modèle expérimental). Une étude de faisabilité d'Airbus de 2002 ne voyait pas non plus de blocage insurmontable (c'était un stockage cryogénique). https://www.fzt.haw-hamburg.de/pers/Scholz/dglr/hh/text_2001_12_06_Cryoplane.pdf Rapport technique plus complet : https://www.fzt.haw-hamburg.de/pers/Scholz/dglr/hh/text_2004_02_26_Cryoplane.pdf Ce genre de chose est improbable plus pour des raisons économiques (coût de nouvelles infrastructures de production, stockage, distribution) que purement techniques.
  33. 2 points
    De l’hydrogène dans un avion c'est la misère absolue ... c'est super lourd à conditionner ... et le transport aérien ne supporte pas le poids mort. Il existe bien des pistes de stockage en composé solide... mais pour le moment c'est l'arlésienne.
  34. 2 points
    Les champs ou l'on cultive les crevettes...c'est comme les mines de caviar en Suisse
  35. 2 points
    Un documentaire sur Merkel et la crise des réfugiés, "Les Heures Décisives" était paru sur ZDF en septembre 2019. Voir ici : http://www.air-defense.net/forum/topic/18727-allemagne/page/133/?tab=comments#comment-1242992 http://www.air-defense.net/forum/topic/18727-allemagne/page/133/?tab=comments#comment-1243647 La cinémathèque s'enrichit d'un nouvel opus sur ce thème paru sur ARD au début de l'année : https://foreignpolicy.com/2020/08/23/the-refugee-crisis-is-now-a-german-superhero-movie/ La décision capitale de la chancelière allemande Angela Merkel d'accueillir en Allemagne, pendant cinq ans, un nombre sans précédent de réfugiés du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord a eu des répercussions politiques dans une grande partie du monde. Il n'y a qu'en Allemagne que cette décision a également provoqué un ferment culturel pop. Un livre à succès sur la décision de Merkel a maintenant inspiré un téléfilm extrêmement populaire. Toute tentative de comprendre l'héritage de l'été 2015 doit tenir compte de ces deux œuvres et de leurs différences essentielles. Les distorsions de l'une sont corrigées par l'art de l'autre, et elles indiquent le même processus d'apprentissage qui attend le grand public allemand alors qu'il s'efforce de définir l'héritage des événements en question. Le livre a été publié en 2017 par Robin Alexander, l'éditeur politique du quotidien conservateur Die Welt, sous le titre Die Getriebenen : Merkel und die Flüchtlingspolitik : Report aus dem Innern der Macht (Les victimes, les jouets des événements, emportés par le flot ? [je ne sais pas trop comment traduire "die getribenenen"] : Merkel et la politique des réfugiés : reportage depuis l'intérieur du pouvoir). Il dépeint Merkel comme une dirigeante naïve et indécise qui, par crainte que le monde ne reproche au peuple allemand de fermer les frontières devant des femmes et des enfants à la peau sombre, a choisi de permettre aux réfugiés en Hongrie et en Autriche qui se dirigeaient vers l'Allemagne de passer dans le pays où ils pouvaient demander l'asile politique. Elle n'a pas eu le courage, comme le laisse entendre Alexander, de faire ce qu'il fallait en tant que dirigeant allemand sûr de lui, à savoir fermer la frontière avec l'Autriche, quelles qu'en soient les conséquences. C'est le récit qui a fait l'objet d'un consensus parmi de nombreux Allemands [oui mais un consensus qui réunit "de nombreux Allemands" seulement, et non "tous les Allemands" n'est pas un "consensus" à proprement parler], en particulier au sein de son propre parti, l'Union chrétienne-démocrate [oui, peut-être, mais pas à la gauche de l'échiquier politique]. Ce film allemand très populaire, réalisé par le cinéaste Stephan Wagner et diffusé au début de l'année sur la chaîne de télévision nationale ARD, s'appuie sur le livre d'Alexander pour son scénario (et son titre) mais met des accents entièrement nouveaux sur la matière. Le film raconte la crise de juillet à novembre 2015 à travers les coulisses politiques de Merkel, de son cabinet, des autorités allemandes telles que les chefs de la police fédérale et des frontières, et des dirigeants étrangers impliqués, comme le Premier ministre hongrois Viktor Orban. Le film a reçu des critiques positives, mais l'actrice Imogen Kogge, qui joue le rôle de Merkel, mérite des éloges particuliers pour avoir transcendé les sources. Alors que le livre d'Alexander dépeint la chancelière comme faible et indécise, la Merkel de Kogge est une œuvre de principe et d'introspection. Elle est obligée de faire face à un régime de réfugiés de l'Union européenne qui est manifestement irréparable : Les personnes qui espèrent obtenir l'asile politique dans l'UE - un droit non seulement inscrit dans le droit communautaire mais aussi dans la Convention de Genève - sont obligées de rester dans le pays dans lequel elles ont initialement déposé leur demande jusqu'à ce que leur cas soit jugé. Mais à mesure que le nombre d'arrivées augmente, leur intérêt pour le séjour en Grèce et en Italie diminue, et les autorités de ces pays ne les empêcheront pas de partir. Il devient vite évident que les autres pays voisins sur la "route des Balkans" ne veulent pas les accueillir non plus - ce qui soulève la question de savoir ce que fera l'Allemagne. Soudain, Merkel est attaquée de toutes parts en Allemagne, y compris par la ligne dure de son propre gouvernement - et en particulier par Horst Seehofer, le premier ministre bavarois de l'époque, qui insiste pour que les flux de réfugiés soient stoppés. Kogge joue le rôle de Merkel en suivant de près les événements, mais aussi en étant déchirée par des sentiments contradictoires dès le début de la crise. Il ne s'agit pas simplement d'une représentation plus louable sur le plan moral que celle d'Alexander, mais surtout plus précise, comme le savent tous ceux qui ont assisté à la conférence de presse fatidique de Merkel le 31 août 2015. Comme le film le montre en détail, des dizaines de milliers de réfugiés avaient franchi la frontière hongroise ce mois-là avant qu'Orban ne puisse terminer l'érection de la clôture de barbelés qui visait à couper la Hongrie de la Serbie. Ce sont les scènes d'atrocités - des réfugiés campant dans des conditions horribles à la gare Keleti de Budapest, des familles noyées en Méditerranée et un camion retrouvé le long d'une autoroute autrichienne avec 71 réfugiés asphyxiés à l'intérieur - qui ont finalement ému Merkel, et non pas simplement le calcul des dommages à la réputation qui résulteraient d'une réaction dure, ce que souligne Alexander. Les conservateurs allemands, y compris des personnalités de son administration, insistaient avec force pour que la frontière allemande soit scellée, même si cela signifiait des barbelés, des gaz lacrymogènes et des unités de police allemandes repoussant les familles démunies. Des unités de la police fédérale étaient en place près de la frontière, prêtes à essayer de le faire. Mais Merkel a renoncé : il n'aurait pas été possible, a-t-elle conclu, d'ériger un mur comme l'a fait la Hongrie - ce qui a pris environ quatre mois. Dans le film, la voix de la conscience est celle de son mari, Joachim Sauer, dont le discours d'encouragement du soir renforce la détermination de la chancelière. Mais il ne faut pas en déduire que la décision était purement émotionnelle ; Merkel a compris que les événements portaient sur le sens moral du droit européen. La phrase la plus souvent citée de la conférence de presse au cours de laquelle Merkel a annoncé l'ouverture des frontières allemandes a été "Wir schaffen das" - "nous pouvons le faire". Mais son analyse va au-delà de cette phrase. Comme elle l'a souligné, l'asile politique est un droit fondamental inscrit dans la constitution allemande, tout comme le respect de la dignité humaine, quelle que soit la nationalité. Il y avait aussi une raison plus purement démocratique, qu'Alexander n'a jamais reconnue dans son livre : L'accueil des réfugiés a d'abord été populaire parmi les Allemands, en particulier dans les églises protestantes et catholiques. "Notre liberté, notre État de droit, notre force économique, l'ordre dans lequel nous vivons ensemble, voilà ce dont rêvent les personnes qui ont connu la persécution, la guerre et le despotisme dans leur vie", a déclaré Mme Merkel. "Le monde voit l'Allemagne comme un pays d'espoir et d'opportunités, et il n'en a pas toujours été ainsi". En septembre 2015, des sondages d'opinion ont montré que deux tiers des Allemands étaient favorables à sa politique en matière de réfugiés. Dans tout le pays, des bénévoles construisent des abris, donnent de la nourriture et des couvertures et accueillent des familles dans leurs maisons. La position courageuse de Merkel ne devait pas durer. La Hongrie, puis la Croatie, et enfin l'Autriche ont fermé leurs frontières. Dans le sud de la Méditerranée, les patrouilles de l'UE ont commencé à intercepter les bateaux de passeurs et à les renvoyer sur la côte. Même des pays comme la Suède et la Finlande, qui avaient accueilli un grand nombre de réfugiés, ont signalé leurs limites. Bien que Mme Merkel ait exercé toute la puissance de l'Allemagne, l'UE n'a pas réussi à obtenir l'autorisation de répartir les réfugiés proportionnellement sur l'ensemble du territoire. En Allemagne, les conservateurs ont attaqué Merkel avec acharnement et ont modifié la teneur du discours. Dans la dernière scène du film Die Getriebenen, Merkel reçoit la mauvaise nouvelle que des réfugiés ont pris d'assaut l'un des halls du centre d'exposition de Munich, où la foule avait provoqué des tensions. Sous son souffle, elle murmure "Scheisse". En effet, l'ambiance a basculé fin 2015. Merkel n'avait ni le soutien de son propre parti ni l'ossature nécessaire pour s'en tenir à ses convictions. Le harcèlement public de Mr Seehofer a duré pendant des années et a alimenté la fortune du jeune parti Alternative pour l'Allemagne, qui a grimpé en flèche dans les sondages, passant de seulement 4 % début 2015 à plus de 12 % aux élections générales de 2017. Une option que Merkel refuse de prendre en 2015 dans le film, elle s'en sert en 2016 : s'asseoir avec le leader turc Recep Tayyip Erdogan (qu'elle avait appelé un despote autoritaire) pour conclure un accord selon lequel l'UE paierait pour les camps de réfugiés turcs et offrirait aux Turcs un voyage sans visa en Europe en échange de la stricte patrouille de la Turquie à sa frontière occidentale. L'UE a également remplacé les opérations maritimes destinées à secourir les réfugiés traversant la Méditerranée par des navires et des hélicoptères de la marine ayant pour ordre de les empêcher de traverser. Les pays des Balkans ainsi que le Maroc, l'Algérie et la Tunisie ont été qualifiés d'États "sûrs" et ne sont donc plus des lieux à partir desquels leurs citoyens peuvent demander l'asile politique. En 2017, l'afflux de réfugiés en Europe et en Allemagne s'était réduit à un mince filet, mais les récits qui ont découlé de la crise persistent encore aujourd'hui. Merkel est accusée d'"ouvrir les frontières" et d'inviter des migrants en Allemagne alors qu'en fait, ils étaient en route depuis longtemps et ont traversé une frontière germano-autrichienne ouverte depuis des décennies. De plus, dans une rhétorique qui dépasse les cercles conservateurs, les réfugiés de 2015-2016 (et en fait la plupart des réfugiés) sont considérés comme des "migrants économiques", c'est-à-dire des personnes à la recherche de meilleurs emplois dans les pays riches. En fait, en 2015, 85 % des 1,3 million de personnes qui ont demandé l'asile politique en Europe venaient de Syrie, d'Afghanistan, d'Irak et d'Érythrée - tous des pays où la guerre est en cours. Environ la moitié des demandeurs d'asile qui ont obtenu l'asile politique ou une forme de résidence plus temporaire en Allemagne ont occupé des postes de travail et de formation, contribuant ainsi à l'économie allemande depuis 2016. Cinq ans après la crise des migrations, ni l'Allemagne ni l'UE ne sont davantage en mesure de formuler une nouvelle politique commune en matière de réfugiés. Les critiques de l'Union européenne concernant les violations des droits de l'homme en Turquie sont tenues en échec par le contrôle qu'exerce Erdogan sur les camps de réfugiés tentaculaires dans ce pays. Lorsque les fonds européens se tarissent, comme ce fut le cas au début de l'année, le président turc a montré qu'il était prêt à déclencher des vagues de réfugiés en direction de la côte égéenne pour susciter une réaction. Le droit d'asile politique est désormais limité de facto en Europe, un mal inévitable, dit-on, pour empêcher l'extrême droite de prospérer. Combien de personnes persécutées par la Libye, pays déchiré par la guerre, ne peuvent pas se rendre aux frontières de l'UE pour demander l'asile ? Personne ne le sait. Mais ils meurent en Méditerranée en essayant de le faire. Nous ne saurons jamais non plus comment les Allemands auraient réagi si Merkel avait continué à défendre ses raisons initiales d'accepter des réfugiés en août 2015. Si Merkel n'offre plus elle-même cette explication nuancée et éthique, les Allemands ont au moins la chance de trouver un fac-similé assez raisonnable à la télévision nationale.
  36. 2 points
    Ouais, mais au demain d'aujourd'hui, il pourrait bénéficier de pas moins de trois radars AESA différents ! Elle est pas belle la vie ?
  37. 2 points
    C'est exactement çà ... Le capital ship en place a pour lui plusieurs avantages -il offre des solutions opérationnelles rodées et connues -il a pour lui l'antériorité, et une certaine capacité d'adaptation (de ce point de vue le p-a est exemplaire - le cuirassé le fut moins mais cependant l'amélioration des blindages et les gains de vitesse lui ont offert un vrai sursi dans les années 30) -il a créé (sa filière) plusieurs générations d'officiers généraux qui constituent autant de lobbyistes en puissance au sein de l'institution et auprès de politiques -ses programmes engagent pour des dizaines d'années; les p-a construits aujourd'hui - au titre des actuels programmes nous amènent jusqu'en 2080/90 ... Bref les successeurs devront effectivement offrir une réelle rupture qui sera validé par un conflit ... Il faut se souvenir que les premiers essais d'un aéroplane sur un bateau datent de 1911 et que le p-a est devenu le capital ship de l'USN en 1942/43 après que son concept opérationnel ait été validé par près de 8 mois de combats sur le fil du rasoir dans les Salomon; bref la route sera longue. Je suis persuadé que le Zumwalt va en surprendre beaucoup
  38. 2 points
    Les "deux « VADOR » ne seront pas immédiatement envoyés sur les théâtres où sont actuellement engagées les forces françaises. Dans un premier temps, le « Dunkerque » va procéder à des expérimentations avec l’appui du Centre d’expertise aérienne militaire [CEAM] de Mont-de-Marsan, avec l’objectif de les déclarer pleinement opérationnels d’ici l’été 2021. Au passage, l’équipage d’un ALSR se compose de deux pilotes, d’un officier renseignement [responsable tactique de la mission] et deux spécialistes, le premier pour l’interception des signaux électroniques, le second pour utiliser la boule optronique. Cela étant, les VADOR ne devraient pas se limiter à recueillir du renseignement lors d’opérations extérieures. Ces appareils participeront également à la mission de posture permanente de sûreté aérienne [DPSA] en France, voire être engagés dans des missions de renseignement stratégique dans les zones dites « d’intérêt » pour la France, à l’instar des deux C-160 « Gabriel ». http://www.opex360.com/2020/08/23/lescadron-electronique-aeroporte-1-54-dunkerque-va-recuperer-trois-avions-transall-c-160r/ Voir aussi le fil "Gabriel"
  39. 2 points
    Je pense que des jeunes qui avaient 18 ou 19 ans en 2019, et qui logiquement devaient avoir 19 ou 20 ans en 2020, eh bien n'ont pas 20 ans mais 30 ou 31. Le coronavirus les a fait vieillir brusquement. Ils ont compris quel était le prix à payer pour faire rebleuir la lagune de venise ou faire revenir les dauphins dans le port de Cagliari. Donc c'est un peu moins la fête. Le coronavirus a cassé l'ambiance.
  40. 2 points
    A moins d'être un fanboy absolu, ça fait bien longtemps que l'on se doute qu'acheter du F-35, ce n'est pas acheter l'avion de combat adéquat aux besoins, ou bien le meilleur avion, mais bien le seul avion américain qui était proposé sur le marché export pour le renouvellement des flottes. Et avec ce achat venait l'amitié américaine... (et le baise-main/génuflexion devant le parrain/suzerain)
  41. 2 points
    De quoi se plaigne les polonais c'est une bonne chose car ça évite aux allemands et au russes d'avoir envie d'envahir la Pologne. Pas tapé je sorts...
  42. 2 points
    Effectivement et puis c'est une photo qui a vocation à servir la communication d'une mission d'aide au Liban. Elle nous dit que l'armée française est là pour aider.
  43. 2 points
    à la limite des conventions de Genève, le TNP étant déjà dépassé à partir de l'instant où on les laisse sortir les mains des poches.....
  44. 2 points
    Nooon, pas possible. Les jeunes n'en auraient en fait rien à cirer des question écologistes dès que le spectre de devoir diminuer leur consommation de smartphones et de réseaux sociaux pointe à l'horizon? Je ne peux vraiment pas y croire. Et puis c'est sûr que "faire la grève" quand on est un jeune au lieu d'aller s'instruire pour pouvoir demain proposer des solutions aux problèmes qui se posent, ça fait vachement avancer le schmilblik.
  45. 2 points
    http://psk.blog.24heures.ch/archive/2019/04/08/air2030-debut-des-essais-en-vol-en-suisse-867233.html
  46. 2 points
    (et le pire, c’est que certains y croient vraiment.)
  47. 2 points
    Je suis tombé la dessus en lisant un bouquin de sf, ça m'a fait sourire . En plus c'est totalement gratuit, à aucun moment la chine n'apparait dans le bouquin.
  48. 2 points
    Comme d'autres l'ont dit, la zone est sécurisée en amont, et leur espace de travail est sans doute à l'abris (et à couvert). J'ajouterai surtout qu'il y a une sorte d'union nationale autour de cette catastrophe. De plus nous sommes là pour aider et restaurer ce qui peut l'être, pas pour occuper ou déparer des belligérants qui ne veulent eux que se taper dessus. Donc le groupe qui viendrait à tirer sur les Français se ferait dézinguer par tous les autres.
  49. 2 points
    Sur le décompte des morts et la surmortalité statistique : https://www.liberation.fr/checknews/2020/08/18/la-france-a-t-elle-mieux-compte-les-morts-du-covid-19-que-les-autres-pays_1792133 https://www.nytimes.com/interactive/2020/04/21/world/coronavirus-missing-deaths.html Où on voit que certains pays non seulement subissent l'épidémie de plein fouet ( les USA par exemple ) mais aussi semblent ne pas décompter la totalité des morts. De façon particulière, l'Amérique du Sud est particulièrement atteinte
  50. 2 points
    La Suisse n'a que deux bases aériennes aujourd'hui. La suède en a peut-être plus, plus proches les unes des autres. Ce qui peut permettre de couvrir l'ensemble du territoire, mais pas forcément pour moins cher que moins de base avec un avion plus cher à l'achat. C'est en terme de coût global sur 40 ans de possession qu'il faut raisonner. Le prix de l'achat de l'avion en lui-même et même de son MCO peuvent être un trompe l'oeil. Si l'avion et son MCO sont 80 % moins cher mais qu'il n'a que 80% des capacités de son concurrent et qu'il te faut 120% de base aérienne en plus et donc 120% d'avions en plus et donc 120% de personnel en plus... Je te laisse te faire ton opinion sur qui est moins cher à la fin. Tu noteras que je n'ai mis aucune marque ni type d'appareil derrière qui est cher, qui est performant, qui n'est pas cher, qui n'est pas performant. Je m'en carre, j'essaye juste d'ouvrir l'esprit et de faire toucher du doigt que l'avion le plus cher à l'achat chez le concessionnaire, n'aura peut-être pas été le plus ruineux à la fin de sa vie... Et sinon pour remettre l'église au centre du village, les évaluations de 2008 qui avaient fuitées, sur la mission de base temps de paix : Gripen : Insatisfactory weak endurance and aircraft performances / Une endurance et des performances de l'avion insuffisantes Le reste je n'en parle même pas.